Couleurs de l’incendie

Après Au revoir là-haut, Pierre Lemaître poursuit la saga Péricourt dans un deuxième tome sombre, ironique et cruel.

Note : 4/5.

Couleurs de l'incendie

« L’argent », aurait pu s’appeler ce deuxième tome, à la Zola. Ou « Revers de fortune », ou encore « L’amère vengeance de Madeleine ». Finies les escroqueries aux monuments aux morts, dans la famille Péricourt le fils est bel et bien mort et enterré. Un autre qu’on enterre, c’est le père, Marcel Péricourt, dans une scène inaugurale grandiose, entachée d’un drame qui va nouer toute l’intrigue. Enfin ce n’est pas un, mais deux drames qui s’entrelacent et se nourrissent : la déchéance physique du jeune Paul, et la déchéance financière et sociale de sa mère Madeleine.

C’est donc la fille de Marcel Péricourt, Madeleine, le pivot de ce nouveau tome de Pierre Lemaître. Sitôt le banquier disparu, autour d’elle domestiques, aigrefins, escrocs et ordures de tout poil oeuvrent plus ou moins dans l’ombre. Ils dépècent la fortune Péricourt et précipitent la ruine de Madeleine. Que lui reste-t-il, à Madeleine ? La haine, le goût de la vengeance, et des secrets. Elle va user de toutes les ruses possibles pour à son tour ruiner tous ceux qui l’ont abattue et se reconstruire, peu à peu.

Dans ce deuxième tome, je n’ai pas retrouvé le style qui m’avait enchantée dans Au revoir là-haut. L’écriture est beaucoup plus classique et sobre. Le thème, le ton, l’ambiance font penser à des romans du dix-neuvième siècle, la lourdeur des descriptions et des développement narratifs en moins. Le décor, lui, est bien du vingtième siècle, et j’ai été prise complètement dans le Paris de la fin des années 1920 et début des années 1930, dépeint avec beaucoup de réalisme et de précision. Même l’intrigue financière m’a intéressée. Pierre Lemaître est très habile, on fait le tour de Paris, quelques excursions musicales en Europe, on emmagasine les impressions, les informations, sans effort, sans s’en rendre compte : crise financière, politique, montée du nazisme, milieu du journalisme et du spectacle, l’industrie et ses progrès, la banque et l’hémicycle, tout s’entremêle. Les différentes classes sociales se côtoient, des petits travailleurs à la haute bourgeoisie.

La comédie humaine qui se déroule là n’est pas rose, elle est plutôt noire en fait, mais des éclats de lumière viennent aviver le roman. C’est dans les personnages secondaires mais marquants que se trouve tout le trésor humain de ce roman. Des couples improbables le traversent. Paul et sa gouvernante apportent de l’humour et de la légèreté à l’intrigue, Solange Gallinato, la cantatrice, de l’éclat et de l’exubérance. Léonce et son mari nous plongent dans l’ambiance des films de Marcel Carné. Même les hommes de main, à l’image de M. Dupré, offrent plusieurs facettes et beaucoup de profondeur psychologique.

Tous les travers et les grâces humaines se côtoient là, les personnages sont si présents que parfois on a un peu l’impression d’être au théâtre. Mais ils sont loin d’être archétypaux. Tout est dans la nuance, le détail de cette chronique. Et que dire de Charles Péricourt, l’oncle de Madeleine, et de ses deux filles si laides qu’il est au désespoir de les marier un jour. On pourrait dire, en contemplant les hideuses jumelles à la dentition non moins hideuse devant leur prétendant horrifié, que Pierre Lemaître a vraiment le sens du détail qui tue.

Quelques scènes fulgurantes, un décor bien planté, des personnages hauts en couleur et une mécanique narrative implacable : de la belle ouvrage. Avec un petit bémol pour moi : le tout manque un poil de panache et de fougue.

Ceux qui n’auraient pas lu Au revoir là-haut ne seront en aucun cas gênés à la lecture de Couleurs de l’incendie. A part deux ou trois allusions et la présence de personnages communs, il n’y a pas de lien entre les deux intrigues. J’ai hâte en tout cas de lire le troisième et dernier tome, même s’il va falloir pour cela attendre à nouveau plusieurs années…

Couleurs de l’incendie, par Pierre Lemaître. Editions Albin Michel, 2018.justine3

Publicités

Notre bilan du Prix littéraire des chroniqueurs web

Mesdames et messieurs les lecteurs, l’heure est au bilan.

2017Vous avez vu passer, ces deux derniers mois, plusieurs chroniques d’ouvrages lus pour ce prix. Les mécaniques imaginaires, c’est avant tout un blog amical et familial, une manière pour nous les chroniqueuses qui habitons trois des quatre coins de la France, de ne pas perdre contact, de continuer à partager et échanger sur nos lectures et nos coups de coeur, en en faisant profiter le plus grand nombre.

Reste que nous sommes aussi inscrites dans un paysage bien marqué, celui des blogs littéraires, une communauté de librovores qui parlent avec le coeur, des ouvrages lus dans l’intimité de leur canapé ou de leur lit. Communauté bien dynamique, qui a réussi à multiplier les entrées et conseils : booktubes, wishlists, PAL, interviews, participation à des défis collectifs, à des prix.

Nous avons voulu, nous aussi, faire œuvre collective et apporter notre regard aux livres proposés à la sélection du Prix littéraire des chroniqueurs web.

Nous avons concouru dans deux domaines : Livres Jeunesse (deux livres lus) et Romans en livre de poche (toute la sélection a été lue!).

prix-jeunesse

Pour la sélection Jeunesse, nous avons voté pour le roman suivant :

Une fille au manteau bleu

Une fille au manteau bleu« Roman historique pour adolescents, sur les pas d’une jeune fille qui enquête sur la disparition d’une Juive dans l’Amsterdam occupée d’Anne Franck. Un livre très bien écrit et construit, avec des personnages tout en contrastes et subtilités, une histoire à rebondissements et faux-semblants : ça nous a changé des dystopies fantastiques assez simplistes. Ce n’est pas vraiment un coup de coeur, mais c’est ce qu’on a lu de mieux dans la catégorie, sans doute aurait-il fallu lire plus de livres de la sélection pour faire un choix complètement motivé ».

 

 

*****************

prix-poche

Pour la sélection Poche, le choix a été fait en pleine connaissance de cause : notre chroniqueuse Alice a pratiquement fait le grand chelem et lu toute la sélection (chapeau, parce que pas évident avec une vie déjà bien remplie !) :

Et le gagnant est… Camille, mon envolée.

9782253068747-001-T« Premier roman, roman court, roman coup de poing, c’est un livre très fort qui ne peut pas laisser indifférent, tout en ne cherchant pas à impressionner, à faire comprendre, à faire ressentir, à imposer quelque chose. C’est le récit (vrai) par une mère des 4 derniers jours de sa fille, Camille, qui meurt à 16 ans de maladie. C’est surtout le récit de la force de vie de ces deux femmes, Camille et de sa mère, et de l’intensité d’une existence.

J’ai longuement hésité avec Les infâmes, qui m’a beaucoup plu également, mais je me suis rendue compte que ma chronique de Camille, mon envolée avait fait beaucoup plus de vagues que toutes les autres que j’ai pu écrire sur ce blog. Elle a suscité la découverte de ce roman par plusieurs personnes (et un achat pour la médiathèque de mon village par la bibliothécaire, que je salue au passage !) qui ont, à leur tour, eu un gros coup de coeur pour ce livre. C’est la preuve que ce texte pudique est unique et mérite d’être connu« .

Ces romans étaient parfois bien loin des thèmes et genres auxquels nous vous avions habitués. Il est probable que nous n’aurions pas opéré les mêmes choix de sélection dans les différentes catégories. Mais ce fut une bonne expérience, car elle nous a entraînées hors de nos sentes littéraires habituelles, celles dont on sait déjà qu’elles nous contenteront quoi qu’il arrive. Moins habituées à ces types d’ouvrages, nous avons sans doute réagi à leur lecture de manière plus spontanée, moins marquée par la sédimentation que toute lecture dans un genre bien connu suscite. Nous espérons que cela vous aura à vous aussi ouvert d’autres horizons de lectures !

Lettres à Stella

Un livre « romantique » qui alterne entre la Seconde Guerre Mondiale et aujourd’hui à Londres, qui parle d’amour et de guerre sans pour autant dégouliner de bons sentiments.

Note : 2/5

51Ot-+DlQiL._SX195_

Cette chronique est écrite dans le cadre du Prix littéraire des Chroniqueurs web, catégorie Livres de Poche, sous-catégorie (que j’invente) : les grandes fresques historiques (3).

C’est étonnant comme le pitch de Lettres à Stella ressemble à celui d’Un parfum d’encre et de liberté : reprenez la chronique de ce dernier, changez de paysage pour l’Angleterre, le XIXe siècle par la Seconde Guerre Mondiale et vous y êtes :

Une fresque historique oscillant entre 2 époques, entre guerre de Sécession Seconde Guerre Mondiale et 2014 2011, via deux personnages de femmes.

Plus encore que de femmes ou d’histoire, ce roman parle d’amour. Je vous préviens tout de suite : je ne suis pas la bonne cliente pour parler de romans d’amour. Au cinéma, tout ce qui peut être qualifié de bleuette me fait fuir, et j’ai une réputation à tenir auprès de mes amis, du genre : « Alice ? Lire un livre qui a reçu une prix « romantique » ? Plutôt crever ! ».

Partant de là, je n’étais pas spécialement motivée pour lire Lettres à Stella, mais je me suis quand même prise au jeu et je l’ai lu sans coup férir, pour 3 raisons.

  • Deux époques, deux ambiances

Déjà parce que l’on oscille entre deux histoires différentes, qui se croisent et se font écho. Chaque histoire donne de la profondeur à l’autre, en prend le contre-pied, comme les deux mains au piano. L’une donne le rythme, l’autre donne la mélodie.

1942, Londres. Stella est mariée au révérend Charles Thorne, mais très vite leur histoire tourne en eau de boudin. L’homme est intraitable, exigeant, jamais satisfait ; Stella manque d’affection et prend l’échec de leur mariage pour elle. Quand survient un bel – et très attentionné – américain qui est là pour bombarder l’Allemagne en renfort de la RAF, Dan, elle tombe sous le charme et découvre l’amour et la vraie vie.

2011, Londres. Jess est complètement paumée ; elle fuit un type infâme qui la tabasse et se retrouve dans une vieille maison qu’elle squatte et où elle découvre les lettres que Dan a écrites à Stella. Elle tombe amoureuse de cette histoire d’amour, et rassurez-vous, elle aussi va rencontrer un mec gentil d’ici la fin du livre.

  • Un suspens… et pas de suspens.

Pas de suspens, car comme pour les bleuettes cinématographiques, on devine trèèèès vite ce qui va se passer (ou ce qui s’est passé il y a 70 ans, dans le cas de Stella) – petit aparté : c’est d’ailleurs ce qui m’ennuie toujours dans ce type de récit.

Mais là où l’auteur corse quelque peu les choses, c’est que l’on apprend dès les premières pages que Stella et Dan, cela ne va pas tenir. En effet, la première lettre que Jess trouve dans la maison squattée, c’est une lettre que vient d’envoyer un Dan de 90 ans à sa Stella qu’il n’a pas revue depuis la guerre. Suspens, donc : mais qu’a-t-il bien pu se passer ?

  • Entre lettres et récit

Le récit est émaillé des lettres écrites par Dan, comme un grand patchwork narratif, ce qui fonctionne bien et casse la régularité du roman.

Reste qu’une chose m’a un peu refroidie à la lecture :

  • Un méchant très… méchant ?

Le méchant dans l’affaire, c’est le révérend Charles Thorne, je ne vous révèle rien, on le découvre très vite. Le personnage est très caricatural, on comprend très vite pourquoi il est aussi imbuvable (Stella met du temps à comprendre, elle, vous verrez). C’est quand même un méchant d’opérette, j’ai eu beaucoup de mal à le prendre au sérieux, ainsi que la totale soumission des femmes aux hommes. Ce roman se veut sans doute féministe, mais de façon assez naïve, un peu grossière peut-être, je n’y ai pas vraiment cru. Même problème avec le reste des personnages secondaires : chacun semble incarner un archétype (La Femme Libre, La Commère, etc.) sans réussir à l’habiter ou à lui donner vie. On a plus l’impression de croiser des mannequins de cire que des personnes…

Au total, je ne suis donc pas convertie aux romans romantiques, mais j’ai passé quelques heures agréables en compagnie de Stella, Dan, Jess et les autres.

Lettres à Stella, de Iona Grey. Editions Pocket, 2016.alice

L’ordre du jour

Prix Goncourt 2017, bien mérité.

Note : 5/5.

L'ordre du jour

Bonjour à vous, qui lisez ces lignes. La chronique d’aujourd’hui, je vous la fais courte : courte comme le livre, courte aussi parce que vous en avez forcément entendu parler. Un prix Goncourt, ça ne passe pas inaperçu.

D’Eric Vuillard, je connaissais le nom. Comme Laurent Gaudé, Emmanuel Carrère, Pierre Lemaître , il fait partie des grands noms actuels de la littérature hexagonale. Comme je ne lis pas beaucoup de littérature française, je n’avais aucune idée de son style, ses sujets, sa place dans la paysage littéraire. C’est donc sans a priori et sans idée de contexte que j’ai lu ce petit livre étroit, au format particulier des publications d’Actes Sud. Chapitres courts, une ou deux bonne soirées suffisent pour en venir à bout.

 

L’histoire : c’est l’Histoire. Le bal des dupes, des industriels, des banquiers, des politiques, d’Hitler, qui a mené, par une mécanique humaine et économique, à la Seconde Guerre Mondiale. L’histoire commence avec vingt-quatre têtes, celles des grands industriels allemands, tous nommés, tous pointés par Eric Vuillard, réunis à l’appel d’Hitler, pour apporter leur force de travail, leur argent, au futur effort de guerre. Tous s’engouffrent et se gaussent. L’Histoire nous mène ensuite en Autriche, où la lâcheté côtoie l’absurde, où l’on voit les premiers ratés, mécaniques, de l’armée allemande mise en branle. On ne sait déjà plus très bien où se situe le curseur du réel, on commence à ressentir l’effarement devant l’impensable. Eric Vuillard se promène dans cette mer d’événements, certains insignifiants mais ô combien révélateurs, d’autres charnières, et file parfois dans des trajectoires individuelles, jusque loin après la guerre. Ce sont des hommes qui ont fait la guerre et l’auteur revient, dans ce livre, sur le rôle des industriels dans son déclenchement.

Ca que j’ai ressenti à la lecture : imaginez un tableau façon Troisième République, avec vingt quatre bons hommes bedonnants au visage grave et sévère, en habit d’apparat, dans un salon tout tendu de velours. Ils sont un peu figés dans leur pose, mais suent l’argent et le pouvoir. Eric Vuillard arrive, avec un stylo point comme une lame, et lacère la toile, à coups brefs et tranchants, les visages, les médailles, les goussets, tout est fendu, béant, terrible et laid.

Voilà ce que j’ai ressenti, à la lecture de ce livre brillant et saisissant : une cruelle limpidité, de la colère froide, et des coups. Coups de coeur, coups au portefeuille. Une des grandes lectures de ce début d’année pour moi.

justine3L’ordre du jour, par Eric Vuillard. Editions Actes Sud, 2017.

Ma Pile A Lire, printemps 2018

La Pile A Lire, la PAL pour les intimes, est un véritable phénomène des blogueuses et booktubeuses librovores, qui l’invoquent sans cesse dans leurs billets ou vidéos. C’est que la performance de la grande lectrice passe aussi par le nombre de livres engloutis. Les piles à lire, non encore chroniquées, sont à la fois un menu et un repas pour les glaneurs d’idées qui font leur marché sur ces blogs, par ailleurs suivis et encouragés aussi par les éditeurs. C’est aussi un effet d’annonce, pour fidéliser les spectateurs, de blogs ou chaînes youtube cette fois-ci.

On se définit par les livres qu’on lit, ceux qu’on a lu, mais aussi ceux qu’on veut lire. La Pile A Lire est un champ de possibles, un horizon bigarré, des pourquoi pas, de livres qu’on lira, peut-être, ou peut-être jamais. C’est une tour, une montagne, du poids de papiers, et d’encre, de la couleur, des attentes et des espoirs aussi. Des livres qui restent là des semaines, des mois, des années avant qu’on ne les ouvre.

Le mois de mars est faste en livres pour moi, c’est le mois de mon anniversaire. Me faire offrir des livres, l’un de mes plus grands plaisirs… encore merci à vous qui vous reconnaîtrez. Voici la Pile qui en résulte, éclectique et diablement séduisante…

ma PAL

Et vous, quels livres vous attendent sur la table de chevet, au pied du lit, sur votre bureau ou le buffet de l’entrée ?

Justine.

 

Je me suis tue

Une femme, des secrets, la prison, le silence, le procès. Chronique d’une tragédie annoncée, bien huilée mais manquant de puissance.

Note : 2,5/5.

CVT_Je-me-suis-tue_2054

Cette critique a été écrite dans le cadre du Prix littéraire des chroniqueurs web.

Voilà un livre que je n’aurais pas saisi spontanément sur l’étagère d’une bibliothèque : couverture façon « Lissac opticiens », des tons froids, un résumé laconique que voici, l’angoisse quoi.

Résumé : Du fond de sa cellule de la maison d’arrêt des femmes à Fresnes, Claire nous livre l’enchaînement des faits qui l’ont conduite en prison : l’histoire d’une femme victime d’un crime odieux. Elle a choisi de porter seule ce fardeau. Les conséquences de cette décision vont se révéler dramatiques. Enfermée dans sa solitude, Claire va commettre l’irréparable. Le mutisme sera sa seule ligne de défense, et personne, ni son mari, ni ses proches, ni la justice ne saisira ses motivations.

Pourtant j’ai péché ce livre dans la sélection Livres de poche du Prix littéraire des chroniqueurs web. Parce que de manière confuse, le secret m’attire, le théâtre social qui doit se dérouler autour de cette femme mutique aussi. Parce que l’histoire se passe en prison et que la prison, dans mon esprit, peut être un puissant vecteur de romanesque.

En plus le livre, au goût du jour, est petit, rapide à lire : si ça ne me plaît pas, au moins ne serai-je pas enchaînée à l’histoire des jours durant. J’étais curieuse enfin de la « performance » d’écriture induite par ce livre : un écrivain homme entre dans la tête d’une femme active arrivée à la quarantaine, dont on découvre rapidement qu’elle est en mal d’enfant. C’est le premier roman de Mathieu Ménégaux, très bien accueilli par la critique et le public.

Ce que j’avais pressenti arriva. J’ai lu le roman très vite, et n’ai pas eu le temps de m’ennuyer ou d’être tentée de le laisser de côté. Mais je suis restée assez extérieure, peu touchée par le destin de cette femme ordinaire, à qui il arrive des événements extraordinaires et semble-t-il hors de son contrôle. L’exercice psychologique est réussi, l’auteur a dû bien se renseigner sur les traumatismes subis par ce qui arrive à Claire, l’héroïne, et les conséquences dans son comportement, ses réactions et celles de son entourage. Seules les motivations de son acte me semblent amenées de manière un peu évasive, maladroite, alors que tout se noue dans cet acte qui intervient à mi-chemin de son histoire et la fait basculer définitivement.

Le livre est une longue lettre de confession écrite par Claire depuis sa prison. Une facture classique, et l’unité de cette voix nous emmène vers un huis-clos, un récit ramassé et poignant. On est dans la tête de Claire, qui tente de raconter le fil des événements qui l’ont conduite là. En somme, la femme qui se tait parle, et on a la primeur de son récit, on voit les choses de son point de vue. On comprend ce que les autres ne peuvent deviner, ce qui devrait nous rapprocher d’elle, éveiller notre empathie. Le pacte qu’elle noue avec le lecteur est donc lui aussi classique : elle va tenter une introspection, la plus objective possible. Mais la culpabilité, la peur, l’impuissance prennent parfois le dessus. L’auteur et à travers lui la narratrice essaient de rester sobre, de ne pas verser dans le pathos. Difficile tant cette histoire est chargée, triste et moche.

Pas une once d’humour ou d’espoir dans ce récit, la mécanique des faits, les conséquences de ses actes qui dépassent Claire sont implacables, avec un twist intime final assez spectaculaire. On devine rapidement et facilement ce qui va se passer (à part la fin pour ma part, mais bon je suis nulle pour deviner la fin en règle générale !), mais au fond cela impacte peu la lecture.

C’est qu’on est en plein schéma de tragédie classique : le héros qui subit des événements irrésistibles, déclenchant la pitié du lecteur horrifié, une réflexion sur la nature humaine, des crimes, peu de personnages, un héros victime passive trompée par le sort. L’auteur a même poussé le modèle en introduisant un ersatz de choeur (qui ponctue les tragédies grecques) bien trouvé : Claire pense à des paroles ou des titres de chansons en écrivant, et les introduit au fil de son récit. Le détour par des paroles chantées par d’autres l’aide à rendre compte de son état intérieur inintelligible sinon.

Malgré ce mélange classique et inventif, ce dispositif romanesque qui a plus d’une fois fait ses preuves, je suis restée de marbre devant cette histoire. Je suis en partie en cause et il est bien possible que vous ressentiez tout à fait différemment cette lecture. C’est qu’il m’était impossible de m’identifier à Claire, aussi éloignée que possible des personnalités qui me touchent : la quarantaine, DRH, un compagnon depuis de nombreuses années, une vie sociale normale à la parisienne, de l’ennui et une grosse envie d’enfants. Une femme banale, un environnement qui n’invite pas à l’imagination, à la fantaisie. Il est probable que le contraste est voulu. Une vie lambda touchée par un drame initial, la décision de se taire, qui déclenche la lente descente de Claire, montrant que n’importe qui peut faire des choses horribles, poussé par les circonstances et un choc émotionnel mal digéré.

C’est l’empathie du lecteur qui l’emporte ou non avec ce livre, et comme je ne me suis pas identifiée à Claire et à son histoire, il est difficile pour moi d’en faire une critique positive, malgré toutes les qualités que j’y vois. Du coup tout avait un goût de trop peu : l’héroïne trop passive, des personnages secondaires peu sympathiques, un désespoir fade, un style et une voix trop plats, un fait divers, un drame bourgeois plutôt qu’une tragédie classique. La prison et ses effets ne sont quasiment pas exploités, à ma grande déception. Le tout manque de relief, de panache, l’auteur garde la banalité des vies de ses personnages jusque dans son style. Essayez quand même, parce que si vous arrivez à vous lier à Claire, ça vous donnera une lecture poignante et sensible et vous fera réfléchir sur tout ce qu’on ne maîtrise pas dans la vie.

justine3Je me suis tue, par Mathieu Ménégaux. Editions Points, 2017.

Outlander : le chardon et le tartan, t. 1

Attention, livre addictif ! Une fois commencé, on ne peut plus s’arrêter !

Note : 4,5/5.

La chardon et le tartan.jpg

Ouaaah !! Ca faisait longtemps que je n’étais pas tombée sur un livre où on se dit, tard le soir : « Encore une petite heure ! », ou qui nous retient rivé au fauteuil même quand une envie pressante se fait sentir.

Je n’en reviens toujours pas d’être complètement passée à côté de cette série de romans, alors que la couverture de l’exemplaire que j’avais en main arborait fièrement son argument publicitaire chiffré : « Déjà plus de 20 millions de lecteurs ». Même à l’échelle de la planète, ça fait tout de même beaucoup de monde ! Et en plus, le roman a été adapté en série (cliquez sur l’image pour voir la bande-annonce de la saison 1).

Outlander série.jpg

Eh bah non. Il a fallu qu’une documentaliste de CDI soit absente un jour, pour que je me retrouve derrière le bureau à parcourir les nouveautés de romans, et que je tombe distraitement sur ce tome 1. Je n’ai pas tout de suite compris l’ampleur de ce que ce pavé de 900 pages recelait.

Profitant des vacances, je me suis installée et j’ai commencé cette histoire plaisante de voyage dans le temps. J’avais un excellent souvenir du dernier roman de ce type que j’avais lu, le 22/11/63 de Stephen King qui se passait au moment de l’assassinat de Kennedy.

J’ai d’abord pris ce roman pour une énième fiction young adult, comme on en voit fleurir tant sur les tables des libraires et dans la bibliothèque de Fanny. Que nenni ! On était plutôt dans la bibliothèque de ma mère, avec ses romans historiques aventureux et voluptueux, mais une bibliothèque rénovée, moderne, au goût du jour. Comme si on refaisait les gâteaux de notre enfance, mais avec moins de beurre et de sucre, et toujours un aussi bon goût.

Outlander est parfois qualifié de « romance historique » mais ce n’est pas rendre justice au bouquin : je dirais plutôt roman d’aventure épique, violent et romantique qui se passe en grande partie au XVIIIe siècle. Petite nuance, mais importante : si l’histoire d’amour occupe une grande place, le roman ne saurait se résumer à elle, ni à l’époque où il se déroule.

Je ne vous dévoile rien en vous disant qu’il s’agit d’un roman de voyage dans le temps : c’est marqué dans le résumé du quatrième de couverture. Claire est une jeune femme prête pour cette aventure : élevée par un oncle féru d’archéologie, elle a déjà parcouru les quatre coins du monde ; mariée à un historien un peu doux-dingue et possessivement amoureux, elle renoue avec lui au début de l’histoire, au sortir de la Seconde Guerre mondiale qu’elle a passée loin de lui à soigner les blessés comme infirmière. Installés dans un village écossais des Highlands, ils profitent de la vie au grand air, parcourent les sites remarquables de la région et font copieusement l’amour pour mieux se retrouver. C’est alors que tout bascule, ou plutôt que Claire bascule dans un menhir, pour se retrouver… au même endroit mais au XVIIIe siècle !

C’est là que je me suis dit : c’est coton, l’auteure a réussi à nous faire entrer dans son histoire comme dans du beurre, on est à l’aise avec les personnages, on sait déjà qu’on veut les suivre jusqu’au bout des 900 pages, le village pittoresque d’après-guerre avait vraiment beaucoup de potentiel romanesque, mais comment va-t-elle s’en sortir dans la description des Highlands du XVIIIe siècle ? Claire va-t-elle revenir ?  toute la tension du roman se tient là.

Mais très vite on oublie un peu son époque d’origine, tout comme Claire d’ailleurs, pour mieux découvrir le monde rude, violent et terriblement grisant de ce coin des Highlands. Voilà Claire sur les chemins peu sûrs, prise entre les Anglais et les Highlanders, puis au château, où elle musarde à la recherche de plantes, picole aux banquets, soigne, se bat, et fait des rencontres. On est pris dans un tourbillon d’aventures, une histoire d’amour qui enfle, c’est parfois cru, âmes sensibles s’abstenir à certains moments mais c’est souvent intense, et toujours excitant. Un vrai péché mignon.

Le style se fait oublier, ce n’est pas lui qui fait la sève du roman : ce sont les personnages, et surtout la relation du couple au coeur de cette histoire, et l’univers irrésistible de l’Ecosse où l’on est littéralement aspiré. Peu de temps morts, peu de longueurs, c’est déjà un sacré tour de force pour un roman aussi gros.

Outlander

Malheureusement j’avais pas mal de travail et j’ai accéléré la lecture pour me dépêtrer de ce roman et revenir à des activités plus quotidiennes. Si vous êtes friands de romans d’aventure faciles à lire et attachants, jetez-vous sur cette saga (attention, 10 tomes !), mais attendez d’avoir un peu de temps devant vous, car elle ne sera pas facile à lâcher !

justine3Outlander : le chardon et le tartan, t.1. Par Diana Gabaldon. Editions J’ai Lu, 2014.