Une série originale à l’atmosphère magique.

Note : 5/5

la-passe-miroir,-livre-1---les-fiances-de-l-hiver-282811-TUTO

L’histoire de ma lecture commence par un bel après-midi de novembre dans la plus grande librairie de Bordeaux. Justine et moi sommes plantées au milieu du rayon Adolescents : moi, l’air avide et alerte à la recherche DU livre qui me fera passer quelques nuits blanches (eh oui, je suis en phase de littérature régressive, crise d’ado à retardement oblige), Justine, elle, en retrait, l’air sceptique face à tous ces bouquins pour boutonneux. La Vendeuse a dû repérer mon air gourmand et n’hésite pas une seconde à me désigner LE livre jeunesse de l’année : la série de la Passe-Miroir, dont le tome 2 (les Disparus du Clair de Lune) vient de paraître.

Après m’en avoir fait l’article de façon très sympathique, elle achève de me persuader en m’indiquant que sa collègue a fini le tome 2 à 3 heures du matin tellement elle ne pouvait plus lâcher le livre. Conquise, je ressors avec le tome 1 sous le bras.

La Vendeuse avait raison : dès qu’on commence, on ne peut plus s’arrêter, tant l’ambiance qui se dégage de ces deux premiers livres (il y a 4 tomes prévus) vous enveloppe comme dans un cocon, une brume de magie et d’originalité ; on vibre dans l’univers très personnel de l’Auteur, dans le monde imaginaire qu’elle s’est créé (et dans lequel elle vit dans la vraie vie selon la Vendeuse).

Nous voici avec une héroïne un peu à l’ancienne, joliment poussiéreuse comme les objets du Musée dont elle est le gardien, toute de grise vêtue, une écharpe qui gesticule, maladroite… Elle qui vit sur une arche très familiale et chaleureuse, se retrouve fiancée à un personnage taciturne et rustre d’une arche alliée, en prévision d’un mariage de convenance (dont le sens échappe à Ophélie…). Son talent de liseuse (elle « lit » l’histoire des objets rien qu’en les touchant) va la mener au coeur du pouvoir, des complots dont elle semble être un rouage, de rencontres délicieusement coquines ou cruelles (j’ai un coup de coeur pour l’intriguant dont le seul but dans la vie semble être de vouloir déflorer les fiancées des autres… avant eux bien évidemment !). L’écriture reste fine, pudique, précise (que mon précédent commentaire ne vous égare pas, cela reste bien une oeuvre pour ados…), et vous transporte à la citadelle d’un mot seulement…

Pour se mettre en bouche ou poursuivre sa lecture, le site internet de la série est à découvrir : http://www.passe-miroir.com/

Et pour le plaisir, un extrait du tome 1 (qui figure sur le site), échange entre Ophélie et Thorn, son fiancé :

– Je ne saisis pas lequel de mes avertissements vous a échappé.

– Vos avertissements, ce n’étaient que des mots pour moi. J’ai besoin de voir votre monde de mes yeux.

Ophélie s’était levée de sa chaise pour essayer de lui parler en face, mais c’était impossible avec ce cou coincé devant un homme aussi grand. Elle avait à présent une vue imprenable sur la montre à gousset de Thorn, dont la chaîne pendait à l’uniforme.

– Avec la complicité de qui êtes-vous sortie ?

– De votre porte arrière. Je l’ai apprivoisée.

fannySérie « La passe-miroir », de Christelle Dabos. T. 1 Les fiancés de l’hiver, T. 2 Les disparus du Clairdelune. Gallimard Jeunesse, 2013-2015.

Publicités