Poulet aux prunes

Qu’advient-il à un mélomane lorsque même son plat préféré ne lui est plus d’aucun réconfort… ? Critique de Suzane.

Note : 5/5

pouet aux prunes visuel

Marjane Satrapi nous livre un petit bout de son enfance en relatant l’histoire de son oncle musicien, Nasser Ali Khan. Sous le coup de la colère, la femme de ce dernier brise en deux son précieux târ. Effondré, Nasser Ali part à la recherche d’un nouvel instrument, mais, même avec les târs les plus fameux et onéreux, la magie n’opère plus…

« Puisque plus aucun târ ne pouvait lui procurer le plaisir de jouer, Nasser Ali Khan décida de mourir. »

Pendant les huit jours durant lesquels il se laisse dépérir, on assiste au désespoir du musicien qui nous balade du passé à l’avenir. Nasser Ali jette un regard triste sur son existence, ses rêves brisés ou perdus. Les souvenirs s’écrivent sur fond de notes de musique qui composent une mélodie émouvante.

Plein d’amertume, Nasser Ali accuse son épouse du malaise profond qu’il éprouve. Sa rencontre avec l’ange de la mort l’invite à remettre en question son existence et sa quête de beauté. On découvre ainsi un artiste tourmenté qui voit tout par un prisme esthétique très puissant, et qui à force d’agir en égoïste, s’est coupé du monde et des réalités.

Les échanges avec la mort rendent une certaine humilité au personnage dont on découvre peu à peu les blessures. L’instrument de musique, sa véritable raison de vivre, se révèle être l’objet d’une belle passion.

Le récit est terriblement touchant, parfois drôle et ironique. Le dessin en noir et blanc et le minimum de décor mettent en avant des personnages sans fioritures. Les courbes arrondies apportent de la douceur au récit douloureux et mélancolique. L’auteur nous propose un conte où l’amour n’est jamais là où on l’attend. Une histoire sucrée/salée qui se déguste avec plaisir !

Autour du livre : Prix du meilleur album au Festival d’Angoulême 2005. Il existe aussi une adaptation cinématographique.

SuzanePoulet aux prunes de Marjane Satrapi. L’Association, collection Ciboulette, 2004.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s