La Horde du Contrevent

Un extra-ordinaire roman comme vous n’en lirez jamais d’autre

Note : 5/5

Alain Damasio - La Horde du Contrevent

Pourquoi lisons-nous un livre ? Parce qu’on nous l’a offert. Parce que c’est le nouveau livre d’un auteur qu’on aime bien. Parce qu’on l’étudie en cours. Parce que la personne dont est amoureux est aussi en train de le lire. Car il traîne dans les toilettes. Ou sur la table de chevet. Ou dans la salle d’attente. Car notre voisin dans le train le dévore et qu’on épie par-dessus son épaule. Car on a besoin de se détendre. Car on aime les scènes sanglantes. Pour voyager. Pour penser complètement à autre chose. Pour dire du mal de l’auteur. Par foi. Pour le relire une 4e fois, même si on le connaît pas cœur, justement car on le connaît par cœur. Pour épater la galerie : « Moi, j’ai réussi à le lire en entier ! »

La Horde du Contrevent, je l’ai lu parce que mon futur-libraire-préféré, qui n’était alors qu’un libraire inconnu, m’a écoutée parler deux minutes et m’a mis ce roman entre les mains : « c’est celui-ci qu’il vous faut ». Ou une phrase du genre. « Ça devrait vous plaire ». La couverture m’a plu.

Et depuis, je transporte toujours avec moi, quelque part dans un recoin du cerveau, dans un méandre du cœur, l’ambiance, les personnages, le souffle de la Horde. Il ne me quitte  jamais vraiment. C’est un livre incroyable, de ceux dont on ne croisera jamais l’équivalent même en lisant beaucoup, même en lisant tous les autres livres du même auteur. Une claque, une plongée soudaine et forcée dans un tonneau d’eau glacée, l’impression que l’on a ouvert les yeux une 2e fois.

Le monde est globalement inconnu ; des vents incessants balayent une vaste langue de terre, et plus on remonte contre le vent, plus il est fort, plus la vie est difficile.

Golgoth, Sov, Carcarole, Horst, Callirhoé, tous les autres, forment une Horde. Ils sont entraînés depuis l’enfance à braver les vents pour, à l’âge adulte, partir « en contre », marcher le monde en luttant contre toutes les formes de rafales et, arrivés à l’autre bout du monde, atteindre l’extrême-amont pour savoir enfin pourquoi la terre est striée par les vents : est-ce un vaisseau sans protection qui avance au milieu de l’espace ? Trouver l’origine des vents.

Formation_Horde_Diamant
Les 23 membres de la Horde : chacun a son signe

L’écriture est une dentelle, une prouesse qui n’y ressemble pas : comme la contorsionniste qui maîtrise tellement son art qu’elle semble plus faire le moindre effort. Tout dans ce livre implique le lecteur, le transforme en 24e membre de la Horde, en passager fantôme de l’aventure. Les rythmes de la narration enflent ou se réduisent, bruissent ou se saccadent, comme les vents qu’affronte la Horde. Elle « part en contre », et nous avec elle : la première page est numérotée 700. De page en page la Horde remonte vers la source des vents, et nous controns avec elle, nous remontons lentement les pages pour atteindre enfin la page n°1. Nous sommes une part de l’histoire, nous sommes impliqués de force, comme un Bastien entré dans l’Histoire sans fin et qui en modifie le cours.

Le lecteur, après quelques chapitres, pourrait penser qu’Alain Damasio a épuisé l’étrangeté du livre-monde qu’il nous propose. Mais il ne saurait y avoir de repos, de confort, dans cette lecture : de nouvelles singularités apparaissent, et soudain ce monde très plat, en deux dimensions, érodés par les vents, se déplie dans les airs ! L’avarice langagière de certains personnages ne laisse pas présager le morceau de bravoure qu’est la joute verbale au centre du roman !

La Horde du contrevent n’est pas un livre facile, un livre qu’on lit en passant, sans y penser. C’est un livre qui implique, qui donne à penser, qui donne beaucoup à rêver, qui nous transforme en nourrissons essayant de comprendre à nouveau le fonctionnement du monde, qui donne à  vivre. C’est un livre jubilatoire. C’est aussi un livre drôle. C’est un livre qui emprunte ses codes au rugby (la Horde face à la stèche, l’une des 9 formes du vent, se déploie comme une équipe de rugby ; elle a ses piliers, ses ailiers…) et qui vous convertit sans que vous ne vous en rendiez compte à la philosophie.

Qu’il est difficile de parler d’un roman que l’on aime particulièrement ! En général je l’offre à ceux dans mon entourage qui me semblent pouvoir l’apprécier, sans rien en dire, car toute glose sur ce roman en particulier me semble un peu bancale. Je peux quand même vous dire ceci : c’est un livre que je voudrais n’avoir jamais lu, pour avoir le plaisir de le découvrir de nouveau, de laisser l’émerveillement me saisir encore, pour me laisser surprendre à chaque page, pour me demander encore : « Est-ce que la fin, ce ne serait pas que… », pour réaliser finalement que j’avais deviné la fin mais que c’est un fait-exprès, que tout est fait pour que l’on devine la fin et que l’on se demande si, peut-être, ces 700 pages à rebours ne sont pas une puissante métaphore de nos vies particulières.

La Horde du Contrevent, d’Alain Damasio. 2004, La Volte ; 2007, Folio SF.alice

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s