Recherche

les mécaniques imaginaires

Mois

octobre 2016

Animae

Une série française, originale et addictive, domaine fantastique ! 

Note : 4/5

animae_esprit-de-lou

Voilà quelques heures que j’ai fini cette série de quatre livres, lue en quelques jours (je suis en vacances, j’en profite pour lire toute la journée !!!) et impossible d’abandonner mes nouveaux amis (les personnages du roman, comme vous l’aurez compris…). Avoir refermé la dernière page me met au désespoir, je m’étais mise à les apprécier tellement, Lou, Joshua, Camille, Benjamin, Arthur… toute l’équipe du Département des mystères de la DCRI (les services secrets français). Leur humour explosif va me manquer, c’est sûr !

Je suppose que vous voulez un résumé de l’histoire, et non m’entendre m’apitoyer… mais ne vous inquiétez pas, vous y passerez aussi quand vous aurez lu les 4 tomes…

Bon, la couverture ne paie pas de mine – ça fait un peu roman de kiosque de gare – avec des titres pas très sexy (L’Esprit de Lou T1, La trace du Coyote T2, Le cauchemar du chien T3 et Le rire de la hyène T4). J’aurais choisi plutôt : Les chroniques d’une Daïerwolf par exemple,… (tiens je pourrais peut-être faire un commentaire sur la page FB de l’auteure pour lui suggérer ?!)

Mais qu’est-ce qu’une Daïerwolf ??? Au milieu des humains vit caché, dans le plus grand secret, le peuple des Daïerwolf, c’est-à-dire des humains capables de se transformer en un animal de leur choix  (des métamorphes), qui sont d’une force et d’une intelligence hors norme. Leur but est de tuer les affreux Chalcrocs (les méchants), des espèces de loup-garou qui aiment manger la chair humaine les soirs de pleine lune. Lou, une jeune Daïerwolf de 20 ans, est envoyée en mission pour infiltrer les services secrets français et tenter de découvrir les raisons d’une agitation suspecte de certains de ses semblables. Elle intègre le département des phénomènes inexpliqués, et collabore avec l’anti-terrorisme. De là, se noue une histoire d’amour et des enquêtes palpitantes, que l’intelligence pétillante de Lou va rendre pleine d’humour et de rebondissements.

D’un récit en apparence assez simple dans le 1er tome, l’auteurs réussit à tisser une intrigue qui se développe, s’enrichit et se complexifie sur les 4 tomes. Elle joue sur la simplicité de son écriture, pour nous percuter dans les sentiments et ressentis autour de ses personnages. On est avec eux, à 100 %, on respire avec eux, on rit avec eux, on tremble avec eux (surtout dans les tomes 3 et 4 où l’auteure atteint la maîtrise parfaite des personnages) ; j’ai même failli faire une crise cardiaque dans le dernier tome, tellement j’ai eu peur pour un des personnages. Bref, ils sont attachants et originaux, chacun dans un style personnel.

Je n’en dis pas plus pour ne pas gâcher tout ce qu’il vous reste à découvrir de cet univers. Un moment de lecture de pur plaisir (comme je recherche toujours), sans prise de tête ! Vous aurez le sourire tout du long ! A lire d’urgence pour détente assurée.

fannyAnimae, série en 4 tomes, de Roxane Dambre. T1 L’esprit de Lou ; T2 La trace du coyote ; T3 Le cauchemar du chien ; T4 Le rire de la hyène. Le livre de Poche, 2014.

 

La lune est blanche

Partons à l’aventure en Antarctique !

Note : 4 / 5

Couverture de La lune est blanche

Les 2 frères Lepage, dont l’un est dessinateur et l’autre photographe, sont invités par l’Institut polaire français à voyager en Antarctique avec les scientifiques « hivernants » et à accomplir l’une de ces improbables aventures humaines qui fait briller les yeux des gens de caractère : le raid.

Le long voyage en bateau est bordé d’imprévus, de retards et de délais, car encore en 2012 les hommes sont facilement prisonniers des glaces et l’Antarctique reste un continent difficilement abordable. Chaque moment d’attente est l’occasion d’un retour dans l’histoire de la découverte et de l’exploration de l’Antarctique. Le livre est lourd et grand ! 256 de BD, de dessins, de photographies, d’histoire actuelles et passées. Les dessins sont tous plus magnifiques les uns que les autres.

couv_233440

L’Astrolabe, le petit brise-glaces français qui réalise les aller-retours vers l’Antarctique, est l’un des personnages principal de la première moitié de la BD. Pris dans les glaces lors de son trajet précédent, on surveille sa balise GPS : va-t-elle enfin avancer ? Car s’il n’arrive pas, la participation des frères au raid sera annulée, ils seront cantonnés au camp Dumont d’Urville qui se trouve au bord de l’océan Antarctique. Le raid, c’est un trajet de 2 semaines environ dans d’énormes tracteurs vers la base Concordia, située 1200 km plus loin, vers le cœur du continent.

Nous avons mal au cœur avec le personnage principal, sur ce bateau conçu pour toujours revenir à la verticale et rouler (à moins que ce soit tanguer  ?) fortement, sur les mers très difficiles qui ceignent le grand sud. Nous avons froid avec tous !

vlcsnap-2014-12-02-16h40m04s112.png

L’autre moitié du livre est consacré au raid, donc aux vues improbables de cet immense désert de glace qu’est l’Antarctique. C’est à la beau très beau et très brutal, on a la sensation de quitter le récit du monde réel pour embarquer dans un voyage sur une autre planète, pour rentrer dans la science-fiction, parler de survie, de ce qui fait de nous des humains.

Si cette BD est une incroyable aventure, que l’on a également la sensation de vivre, toutefois les doutes incessants du personnage et son immense déception à l’idée de ne pas pouvoir faire le raid – déception régulièrement remâchée, rabâchée – ternissent un peu la lecture. Entre récit d’aventure et introspection, la narration se cherche un peu. Il semble même étonnant, de mon point de vue, que l’auteur ne se satisfasse pas de l’incroyable aventure qu’il vit et veuille absolument ajouter le raid au reste de ses expériences, déjà tout à fait hors du commun – ou hors de mon commun.

Mais ce n’est qu’une petite retenue sur mon grand enthousiasme à cette lecture !

La lune est blanche, de François et Emmanuel Lepage. Futuropolis, 2014.alice

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑