Un bon roman d’ambiance, avec Gus, dans sa ferme reculée des Cévennes.

Note : 4/5.

grossir-le-ciel

Il arrive qu’un livre se présente, par hasard, sur nos chemins de lecture. C’est le cas de Grossir le ciel, bien loin de mes sentes habituelles : la table des romans à ma librairie, les conseils des amis et parmi eux, ceux des chroniqueuses du blog… Je l’ai acheté parce que l’auteur était là, pour une signature à la bibliothèque de ma ville, à la sortie du travail.

Nous étions au milieu d’un festival de romans policiers : Polars en cabane. Je suis arrivée après la rencontre, aussi je ne savais pas du tout de quoi il s’agissait. Mais la présence tranquille de l’auteur, assis sur une petite table, discutant avec ses lecteurs, m’a plu. J’ai choisi le livre un peu au hasard, parmi d’autres romans de lui, et suis allée me placer dans la file des dédicaces. J’ai pu saisir au vol des bribes d’informations sur l’univers de l’écrivain, ses autres romans, ses projets.

Franck Bouysse est presque du coin. Il vit à Limoges et n’en est pas à son coup d’essai. Il a déjà écrit deux romans policiers, Vagabond, et Pur Sang. J’ai d’ailleurs failli entendre la fin de ce dernier livre, lorsqu’une indélicate s’est mise à poser des questions parce qu’elle n’avait pas compris la fin, quelque chose comme : « …. et c’est bien la soeur du beau-frère de la tante l’assassin ? ». Je me suis bouché les oreilles en disant : « … noooon ! Ne racontez pas la fin je l’ai pas lu ! ». J’ai par la manoeuvre récolté quelques regards vaguement réprobateurs et des remarques laconiques, comme quoi j’avais pas ce bouquin-là entre les mains (j’étais de toute évidence une « non-initiée »). De toute façon, la dame, elle avait rien compris.

Lorsque mon tour est arrivé, je me suis rendue compte que je ne savais pas ce que j’allais faire de ce livre, si j’allais le garder pour moi, ou l’offrir, ou même le lire. L’auteur attendait que je dise quelque chose, alors j’ai demandé : « Vous ne pouvez pas, plutôt qu’adresser votre dédicace à quelqu’un, dire que c’est de votre part ? ». L’auteur a trouvé ma demande étrange et a simplement souhaité une bonne lecture en compagnie de Gus, son héros, sur la première page.

Et c’en fut une. Le projet de l’auteur, qui vient de ce monde, est assez simple : faire causer des taiseux. C’est une image de Depardon, le premier plan de son film sur les paysans, qui lui a inspiré l’histoire. Le reste, il l’a observé, et ses personnages sont si justes qu’ils ont l’air de vivre leur propre vie, l’auteur ou le narrateur n’a pas à intervenir.

Je craignais un peu de me retrouver dans un roman du terroir, aspect négatif du terme, mais non. Faut pas se leurrer, hein, ça parle de paysans et de ces dramatiques secrets qui se passent de génération en génération. Avec des traces de sang et de pas dans la neige, des voisins qui se regardent en chien de faïence. L’ambiance est lourde, froide, mais on s’attache et j’ai lu très vite ce court roman que j’ai trouvé bien écrit.

Apparemment on a reproché à l’auteur sa richesse de vocabulaire. J’ai trouvé au contraire que le choix des mots participait à l’ambiance, que la musique de la langue arrivait aussi à créer. Une lecture qui change, avec un style et un regard. Sombres, forcément. Finalement, je l’ai offert, le bouquin.

justine3Grossir le ciel, par Franck Bouysse. La Manufacture de Livres, 2015. Le Livre de Poche, 2016.

Publicités