Sur le Giro 1949

Pour les fans d’Italie, de mollets musclés et de fresque épique – et oui, tout cela à la fois dans ce recueil de chroniques écrites par Buzzati en 1949.

Note : 4/5

sur-le-giro-1949-dino-buzzati

Prenez un écrivain déjà connu, Buzzati : son œuvre la plus célèbre, Le désert des Tartares, a déjà 9 ans. Considérez le fait qu’il est aussi – avant tout – journaliste au Corriere della Sera, quotidien milanais très diffusé. Prenez en compte le fait qu’il n’a absolument aucune connaissance du cyclisme, que c’est un sport auquel il n’a jamais pensé et dont, je pense, il se fiche pas mal.

Ajoutez dans le cocktail l’Italie de 1949, l’Italie d’après guerre, avec ses élans d’enthousiasme, sa ferveur populaire, ses quartiers détruits, ses villes emblématiques, ses campagnes tristes ou magnifiques – c’est selon.

Imaginez la mécanique, la dynamique d’un tour d’Italie d’il y a presque 70 ans, l’état des routes des cols (pas de bitume !), le poids des bicyclettes, la durée des épreuves (jusqu’à 10 heures !). Pas de télé, de survol en hélicoptère, de mesure en direct des distances et vitesses, mais des voitures et des motos qui font des aller-retours permanents sur des routes qui ne sont pas fermées à la ciruclation pour le passage du Tour, des myriades de reporters qui suivent le Giro dans des autos et le chroniquent le soir pour les grands journaux italiens.

Sur le Giro 1949 : le duel Coppi-Bartali, publié en français en 2017, réunit les chroniques écrites par Buzzati avant et pendant le Giro, tous les soirs depuis les différentes villes-étape pour le Corriere della Sierra.

De ce sport dont il ne connaît rien, il extrait une bataille épique, un duel au sommet dont il devine très tôt la fin avec une intuition étonnante. Par ce Giro il convoque le mythe de David et Goliath, les guerres de succession, mais aussi l’effort surhumain et vain de Sisyfe réalisé par tous ces coureurs qui poussent leurs bicyclettes en avant pour d’autres, pour le champion de leur équipe et qui n’y gagnent que l’oubli.

Très conscient de ses limites en matière de commentaire sportif, Buzzati s’attache surtout à des détails délicieux et drôles : l’histoire de la fanfare qui accueille les coureurs dans un mini-village, celle du vieil amateur qui essaye de suivre les coureurs d’étape en étape (« Un grand père un peu farfelu pédale dans le sillage des champions »), l’arrivée des heures après tous les autres de trois coureurs à Venise (« Les laissés-pour-compte du « temps maximum » », petit trésor d’écriture), un officier génois qui tabasse un groupe de journalistes, de juges et le directeur de la course car ils sont trop près de la ligne d’arrivée…

Mais plus que de tout cela, de vélo et d’anecdotes, Buzzati profite de ces chroniques pour parler de l’Italie d’après-guerre, de ses populations, des foules au bord des routes, des motivations des uns et des autres, de ses paysages. Avec une chronique toute particulière, « Les fantômes du vieux Cassino se réveillent pour le Giro », où le tour passe par un faubourg disparu, rasé par la guerre, dont les fantômes se lèvent pour saluer les joueurs. Ailleurs, il fait parler l’Etna ; routes, montagnes, bords de mer, beaux ou non, tous prennent vie pour saluer le Giro de Buzzati.

Vous ne vous intéressez pas particulièrement au vélo ? Vous recherchez de courts textes à lire de façon fragmentée ? Vous aimez l’humour subtile et la belle écriture ? Ce livre est fait pour vous – et moi, je vais m’empresser de l’offrir à Noël à une ou deux personnes !

 Sur le Giro 1949, par Dino Buzzati. So lonely, 2017.alice

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s