Sur les tables des libraires : quelques livres sur l’esclavage en Amérique

Ma dernière critique portait sur le bestseller de Colson Whitehead, Underground Railroad. Le thème de l’esclavage nord-américain au 19e siècle inspire nombre d’auteurs contemporains, tant ce pan de l’histoire américaine et mondiale est encore douloureux, sensible, et actuel.

Alors que je lisais ce roman, j’ai repéré d’autres lectures proposées par mes libraires préférés sur le même thème : la fuite d’esclaves aux Etats-Unis. Voici deux titres vus sur leurs tables, qui vont rejoindre ma Pile A Lire !

♥ La librairie Saint-Martin à Bazas ♥

recommande un livre pour la jeunesse, qui « mériterait aussi un prix » :

Esclavage_Marche à l'étoileMarche à l’étoile, par Hélène Montarde, aux éditions Rageot (2017). A partir de 12 ans.

Résumé : Billy a quinze ans et il est esclave dans le Sud des Etats-Unis. Un soir d’automne, il s’échappe. Poursuivi, traqué, il entame une course folle au coeur d’un pays gigantesque. Jasper est un brillant étudiant américain, plutôt sûr de lui. Mais le jour où il trouve un vieux carnet qui raconte l’étrange histoire d’un esclave en fuite, son monde bascule. Qui est l’auteur de ce texte ? Et lui, Jasper, qui est-il vraiment ? Pour le découvrir, il doit à son tour prendre la route. Entre le passé et le présent, entre l’Amérique et l’Europe, deux voyages s’engagent.

 

♥ La librairie Ombres Blanches à Toulouse ♥

recommande un roman pour le moins truculent, National Book Award 2013 :

couv rivireL’oiseau du bon Dieu, par James McBride, aux éditions Gallmeister (trad. 2015).

Résumé : En 1856, Henry Shackleford, douze ans, traîne avec insouciance sa condition de jeune esclave noir. Jusqu’à ce que le légendaire abolitionniste John Brown débarque en ville avec sa bande de renégats. Henry se retrouve alors libéré malgré lui et embarqué à la suite de ce chef illuminé qui le prend pour une fille. Affublé d’une robe et d’un bonnet, le jeune garçon sera brinquebalé des forêts où campent les révoltés aux salons des philanthropes en passant par les bordels de l’Ouest, traversant quelques-unes des plus heures les plus marquantes du XIXe siècle américain. Dans cette épopée romanesque inventive et désopilante, James McBride revisite avec un humour féroce et une verve truculente l’histoire de son pays et de l’un de ses héros les plus méconnus.

 

 

Publicités

Underground railroad

Un roman américain sérieux et documenté sur le réseau d’aide aux esclaves en fuite, qui à travers l’histoire de Cora donne une réalité à la métaphore du « chemin de fer clandestin ».

Note : 3,5/5.

Underground Railroad.jpg

Je l’annonce tout de suite, même si cela paraît même injuste à moi-même, tant ce roman est bien écrit, maîtrisé, entier : j’ai été un peu déçue par sa lecture. On aborde tous des romans avec des envies différentes, avec des goûts et une culture littéraire différents. Pour certains c’est la couverture du roman qui a d’abord attiré l’oeil, pour d’autres c’est le pitch, les quelques lignes qui tentent de saisir l’esprit d’un ouvrage ; pour d’autres encore parce qu’il a gagné un prix, le bandeau rouge « Prix Pulitzer » en imposant toujours autant. Il y a enfin le facteur hasard. Pour ma part j’avais envie d’un « grand roman américain », d’une lecture pleine d’intelligence, d’idées, d’humanité. J’ai trouvé tout cela dans Underground Railroad mais il manquait quelque chose, une part de romanesque, d’empathie, de souffle. Si je regarde le roman avec un peu de distance, je me dis qu’il y a tout cela. Alors pourquoi n’ai-je pas ressenti leurs effets ?

L’histoire de Cora est simple et extraordinaire. Dès sa naissance elle subit les conditions de vie effroyables dans les plantations de coton de Géorgie, avant la Guerre de Sécession. La première partie est dure, sèche, sans espoir. Puis vient un déclic, une force intérieure qui pousse Cora à s’enfuir : commence alors une fuite et autant d’essais de vie et de clandestinité, dans différents états esclavagiste ou libres, le long de l’ « underground railroad« , devenu pour le roman plus qu’une métaphore, un vrai train souterrain. Chaque partie du roman est inaugurée par un document d’archive, une petite annonce avec récompense pour retrouver et capturer des esclaves échappés. Cora, poursuivie par un chasseur tenace et cruel, tente de survivre et de se libérer de l’état d’esclave inculqué dès son plus jeune âge. Mais il ne suffit pas de s’échapper pour être libre…

Malgré une histoire aux multiples rebondissements, que j’ai lue presque d’une traite, il reste comme un voile, qui m’a empêchée d’avoir accès à Cora. Cela tient peut-être aussi à l’aura qui entourait ce livre très attendu outre-atlantique, son importance comme jalon littéraire sur la condition noire, les fondements du racisme américain et le face-à-face douloureux avec l’Histoire, le fait que ce soit Colson Whitehead qui l’écrive. Quand l’attente est si forte, le résultat est parfois en-deçà des impressions de lecture imaginées. L’auteur n’était pas très connu en France jusqu’à présent, mais il est un familier du gratin littéraire newyorkais, formé à Harvard, journaliste dans les titres les plus prestigieux, écrivain traduit régulièrement en français : c’est son huitième roman.

La première question que je me suis posée : pourquoi transformer la métaphore en réalité ? Je vous pose la question si vous avez lu le roman de votre côté, trouvez-vous que cela apporte beaucoup à l’intrigue ? A part, justement, un fil rouge, un « chemin de fer ». Alors que l’impression que le reste est rigoureusement collé à la réalité historique des archives, des sources, des faits historiques, ce chemin de fer surgit, incongru dans le récit. L’imaginaire a sa place dans le roman, la lecture par exemple est l’un des moteurs qui aide les personnages à avancer. Mais l’histoire est déjà suffisamment puissante, terrifiante, vertigineuse. J’ai vu ce chemin de fer comme un moyen commode pour l’auteur d’accélérer le récit, d’examiner différentes sociétés et situations, comme un truchement donc et non comme une idée puissante qui s’impose à nos esprits effarés, qui renverse le récit vers autre chose.

L’exercice auquel se livre Whitehead est ambitieux. Je parle d’exercice, parce que je n’arrive pas à apposer des termes émotionnels à ce roman. Et c’est bien là ce que j’ai ressenti : l’idée dépasse la fiction. L’Histoire est trop forte pour le romanesque. Whitehead est un intellectuel qui cherche à apporter un éclairage humain à une histoire vue trop souvent du côté des Blancs. Et son texte est d’un très grand intérêt, j’ai appris beaucoup de choses sur le système esclavagiste, la réalité sociale de l’époque, les mécanismes de la haine, la peur, les idées qui circulaient, la « menace noire » due à un essor démographique rapide des esclaves, la Destinée Manifeste, les chasseurs d’esclaves en fuite, les expérimentations médicales, jusqu’à cette communauté utopique dans l’Indiana qui a, qui sait, peut-être existé. J’ai eu un cours d’histoire, nécessaire, superbement écrit, et une réflexion sur la condition humaine, ses émotions, ses mécanismes. Lisez-le pour échanger avec moi ensuite sur vos impressions de lecture !

Underground Railroad est dans la sélection du Prix Fémina, du prix JDD/France Inter, du Prix Médicis et du Prix du Meilleur Livre Etranger. Prix Pulitzer 2017.

justine3Underground Railroad, par Colson Whitehead. Albin Michel, 2017.

Comment écrire un roman en 30 jours ?

Je partage en bonus à la brève de la semaine dernière un article du blog Livresdeproches.fr, qui donne des conseils de lectures pour se lancer… dans l’écriture en période de NaNoWriMo. Des titres accompagnent chaque étapes de la création : prendre confiance, rédiger un scénario, s’organiser… et écrire !

Commentecrireunlivre

Bon certains sautent les étapes, d’autres développent des techniques qui leur sont propres : nombreux sont les chemins qui mènent à l’écriture… mais tous passent par le chemin de la lecture !

Nanowrimo !!

Et une petite brève imaginaire, une ! Pour vous présenter un challenge littéraire qui fait le tour du monde depuis quelques années, le Nanowrimo. Le concept est anglo-saxon, le site en anglais, mais de nombreux participants non anglophones s’y inscrivent et participent chaque année, entre le 1er et le 30 novembre !

Shield-Nano-Side-Blue-Brown-RGB-HiRes

Le Nanowrimo est la contraction de « National Novel Writing Month », autrement dit, traduit de façon littérale, le Mois National de l’Ecriture de Roman, qui se tient donc en novembre.

L’objectif ? Ecrire au moins 50 000 mots d’un projet de roman en un mois. On y gagne quoi ? La satisfaction de vaincre la page blanche, la fierté d’avoir accompli quelque chose, un incitateur pour consacrer plus de temps à des projets littéraires. On est complètement libre de son projet et de son objectif.

L’un des apports précieux de ce challenge est l’effet de communauté et les outils à disposition : on peut échanger sur des forums, avoir accès à des aides et des conseils d’écritures, des coachs littéraires, mais aussi rencontrer d’autres nano-writers en chair et en os, pour échanger sur ses projets, écrire ensemble… pour nous rappeler que même si devant son ordinateur ou sa page blanche on est seul au moment de l’acte d’écriture, on n’est en fait jamais seul quand on écrit ! Et cela permet aussi de partager notre imaginaire, d’avoir à notre tour des lecteurs.

darcy writing letter

Et comme j’ai un peu plus de temps cette année, que je suis motivée, je me suis inscrite ! C’est une première participation pour moi, histoire de me délier les doigts et l’imagination au milieu d’autres projets assez prenants, aussi j’ai choisi un sujet léger et pas prise de tête… une comédie bucolico-épistolaire. On est à J-2. Souhaitez-moi bonne chance et surtout bonne inspiration ! Justine.

NaNo-2017-Participant-Badge

Aquamarine

Une histoire d’eau fantastique qui se cache dans un roman pour ados qui se cache dans un roman de science-fiction.

Note : 3/5.

Aquamarine

 

Je me suis souvent demandé comment un auteur pouvait-il créer et maîtriser un héros ou une héroïne très éloigné(e) de son sexe et de son contexte socio-culturel. J’admire les qualités d’observation, de finesse psychologique, d’imagination que cela demande. Dans ce roman, Andreas Eschbach, 58 ans, chef de file de la littérature de science-fiction allemande, fait vivre Saha Leeds, 16 ans, dans une communauté maritime de l’Australie de 2151.

En 2151, le monde a connu de grands changements climatiques et écologiques, beaucoup d’espèces ont disparu ou ont été éliminées pour permettre d’élargir encore la présence humaine dévorante. On retrouve le schéma classique de l’histoire d’ado mal dans sa peau au lycée, dans un univers qui lui l’est moins : Saha évolue dans une société dite néo-traditionaliste, qui prône un mode de vie « naturel » et rejette les manipulations génétiques et certaines avancées technologiques, ainsi que dans un système social très hiérarchisé et une économie entièrement tournée vers la mer, ses activités, ses jeux.

Saha est tout en bas de l’échelle sociale, elle vit avec sa tante muette qui fait le ménage chez les riches parents de ses camarades d’école ; et surtout, honte suprême, elle ne pratique aucune activité aquatique, à cause d’un accident survenu lorsqu’elle était petite. Mais le jour où Saha découvre d’étranges capacités liées à l’eau, tout bascule pour elle, et elle tente de mieux comprendre son passé, son histoire, tout en se gardant des dangers qui l’entourent alors.

Le contexte décrit, entre science-fiction et anticipation, est original, et développe une réflexion sur la maîtrise de l’environnement et les découvertes scientifiques liées à la génétique en ré-exploitant un mythe maritime ancien. L’auteur fait preuve d’une imagination foisonnante mais toujours discrètement instillée dans le récit, parfaitement intégré à l’environnement familier de l’héroïne qui est bien campée.

J’ai bien aimé l’univers marin, qui semble l’un des fils rouges d’écriture pour Eschbach. Je me dis aussi qu’il doit avoir des enfants ados, et que la vue de l’océan depuis Le Conquet, au bout du Finistère où l’auteur s’est installé doit être une source d’inspiration sans fin.

J’ai trouvé l’intrigue principale un peu trop simple en revanche : une ado, des ennemis, des amis, des découvertes qu’on anticipe, la transformation du corps, la recherche d’identité, l’intégration sociale… autant de thèmes d’ado reliftés dans une gangue fantastique. Mais c’est une lecture alerte, plaisante, et l’univers marin décrit vient renforcer l’intérêt d’une intrigue qui reste un peu faible malgré tous les atouts du bouquin.

On est proches de la littérature pour la jeunesse en fait, et des ados peuvent tout à fait se plonger dans ce roman publié par l’Atalante, l’éditeur de science-fiction attitré d’Eschbach pour les traductions françaises, basé à Nantes. Eschbach mélange les genres dans ce roman et en fait un livre-passage : une bonne porte d’entrée dans la science-fiction pour les ados, et une bonne porte d’entrée dans la littérature pour ados pour les accros de science-fiction – et les fans d’Eschbach, qui sont nombreux.

C’est Alice, spécialiste ès science-fiction de ce blog, qui m’avait fait découvrir Andreas Eschbach en glissant Le dernier de son espèce dans ma valise, à l’issue d’une visite amicale en Bretagne.  Cette histoire d’amour robotique dans un petit port pittoresque irlandais fut un coup de coeur. J’ai donc acheté les yeux fermés le dernier livre de l’auteur, sorti au printemps dernier, pour retrouver sa sensibilité et ce mélange de réel et de fantastique qui m’avaient beaucoup plu. Une lecture recommandée !

justine3Aquamarine, par Andreas Eschbach. L’Atalante, 2017.

 

Bonus – La servante écarlate en série télévisée

Alice avait chroniqué cet excellent roman de Margaret Atwood paru en 1985 il y a quelques mois : La servante écarlate revient sur le devant de la scène cette année, adapté par OCS en série télévisée. Le rôle titre est porté par Elisabeth Moss, qui s’est fait connaître dans un rôle de self-made woman dans la série Madmen. Le livre rejoint la liste des romans adaptés en série, comme Dexter, Game of thrones ou encore House of Cards... Cliquez sur la photo pour accéder à la bande-annonce.

La servante écarlate

La célèbre auteure canadienne occupe également l’actualité avec la sortie de son dernier roman traduit en français, C’est le coeur qui lâche en dernier, une variation dystopique sur l’American way of life.

 

Dans une coque de noix

Un huis-clos malin dans un vagin !

Note : 4/5.

Dans une coque de noix

Dans une coque de noix est l’un des livres emportés dans nos valises de vacances. Chaque soir, dans nos chaises longues, nous attendions la nuit en bouquinant, avec vue sur les Causses de Lozère. Nous allumions des bougies et nous embarquions dans nos lectures, le ventre plein d’aligot-saucisse. C’était  mon tendre qui avait ce roman dans les mains, de mon côté je ne me souviens déjà plus de ce que je lisais. J’entendais des rires soudains, les pages tourner régulièrement, je sentais une concentration joyeuse émaner de la chaise d’à côté.

J’étais intriguée, aussi quand le livre fut posé sur une étagère, au retour, je l’ai pris avec moi. De l’extérieur et avant lecture : je voyais ce livre comme un exercice littéraire, un peu artificiel, par un auteur déjà célèbre, qui a toute liberté pour créer une petite fantaisie érudite. J’avais compris que le héros de l’histoire n’a même pas de nom, car c’est un foetus dans le ventre de sa mère, laquelle fomente de sombres projets. Le quatrième de couverture, sans ciller, parlait même d’une « brillante réécriture d’Hamlet in utero« . Autant dire qu’on connaît déjà une bonne partie de l’histoire avant même de la lire – comme une bonne vieille tragédie. Sauf qu’on est au XXIe s, et que la tragédie devient tragi-comédie, voire théâtre de boulevard, et qu’on n’est pas sûrs que tout le monde meure à la fin – je vous laisse lire, pour voir.

Après lecture : indéniablement bien troussé, drôle souvent. On voit tout le savoir-faire d’un écrivain à l’aise dans ses mocassins. La narration depuis l’utérus de l’intrigante est saisissante. La palette des sensations est riche et imaginative, pour un narrateur privé de vue et de toucher. Bien sûr le bébé a l’intelligence d’un homme mûr – d’où les développements littéraires, l’analyse de l’état du monde qui fait mouche, le palais subtil de l’amateur de bons vins, les piques au milieu littéraire – on devine bien sûr l’écrivain, parfois un peu trop présent, dans les pensées du bébé. Mais le récit avance allègrement, les personnages sont bien superbes comme il faut dans leur médiocrité humaine, et on lit le tout presque d’un trait, comme un bon cru.

J’ai aussi apprécié à la lecture le lexique et le style assez soutenus, le tout enchâssé dans une syntaxe fluide, adaptée à nos goûts actuels – on a en effet du mal pour la plupart d’entre nous, de nos jours, avec les longues phrases tarabiscotées et les descriptions interminables. C’est donc un livre qui se déguste, entre deux bouquins plus résistants, et qui passe aisément de main en main.

justine3Dans une coque de noix, par Ian McEwan. Collection du Monde Entier, Gallimard, 2017.