Faillir être flingué

Un western à la fois drôle, dur, magique, attachant… A ne surtout pas rater !

Note : 5/5

faillir être flingué.jpg

Le titre me titillait la mémoire… un titre qui fait postillonner quand on le prononce, dont les médias avaient un peu parlé… Ah oui ! Le prix du livre Inter 2014.

Faillir être flingué est un western « des origines » : des territoires intégralement vierges, des Indiens encore libres de circuler et de vivre à leur façon, la naissance d’une ville à partir de cahutes enracinées dans la boue, l’installation progressive de la civilisation au milieu de nulle part, des vraies brutes cruelles et sales, des flingues, et contre tout probabilité : quelque chose qui se construit dans l’Ouest sauvage.

La galerie de personnages est tout simplement extraordinaire : ils sont tous attachants à leur façon, ils sont variés, ils construisent quelque chose dont ils ignorent tout. On ne se situe pas que du point de vue des colons, on se promène entre Indiens, blancs, chinois… L’un n’a qu’une idée en arrivant dans la ville naissante : ouvrir une maison de bains. L’autre s’est fait dépouiller à deux reprises de ses biens – dont son cheval, alors qu’il n’est pas un piéton ! – et ne songe qu’à se venger. La troisième organise des concours de tir de fusil dans les portes de son saloon / bordel pour créer un peu d’animation pour ses clients. Eau-qui-court-sur-la-plaine prodigue ses talents un peu magiques au gré de ses errances et déplacements.

Tout le monde se croise, échange, se transforme, commerce, s’adapte, comme si le lieu dans lequel tout le monde évolue était un incubateur de possibles. La narration va vite, c’est souvent drôle (on peut penser au film Maverick), il y a de l’action, des fusillades, c’est également parfois dramatique, subtile…

Un très chouette livre, très divertissant, qui fait du bien et qui donne à penser ou à rêver après l’avoir refermé.

Faillir être flingué, par Céline Minard. Rivages, 2013.alice

 

Publicités

Tour d’horizon des livres à lire cet été

L’été, on a le temps. On se repose, on lit. Voici un tour d’horizon des traditionnelles listes des meilleurs livres à lire cuvée été 2017, proposées par vos médias préférés (ou pas)

David Hettinger, Woman reading.jpg

Le Figaro sort l’artillerie lourde :

Les 10 best-sellers à lire cet été sont écrits par des noms déjà bien familiers des rayons de vos bibliothèques : on y retrouve les derniers opus de Marc Lévy, Jean-Christophe Rufin, Guillaume Musso, Anna Gavalda, Elena Ferrante… Le Figaro ne prend aucun risque pour vous assurer 100 % de satisfaction facile et agréable. Mon envie de lecture dans cette liste :

Le tour du monde du roi ZibelineJean-Christophe Rufin, Le Tour du monde du roi Zibeline : parce que pour avoir lu un ou deux autres de ses livres, je sais que son style est agréable, et qu’on est embarqué dans des aventures historiques où l’on ne s’ennuie pas un instant !

Résumé : Comment un jeune noble né en Europe centrale, contemporain de Voltaire et de Casanova, va se retrouver en Sibérie puis en Chine, pour devenir finalement roi de Madagascar… Sous la plume de Jean-Christophe Rufin, cette histoire authentique prend l’ampleur et le charme d’un conte oriental, comme le XVIIIe siècle les aimait tant.

Challenges remporte le prix de la diversité des suggestions littéraires

La sélection Challenges des 15 livres incontournables à lire cet été est un mélange intéressant, de livres pas forcément très récents, de romans, de récits, de styles, avec le petit livre d’actualité qui va bien à la fin. Une sélection intéressante, même si mes goûts personnels ne me feront pas aller vers la plupart de ces livres, qui me semblent assez sombres tout de même. Le livre qui a attiré mon attention, chez l’excellent éditeur Au Diable Vauvert :

COUV-BACIGALUPI-Water-Knife-PL1SITEPaolo Bacigalupi, Water Knife : parce que La fille automate, son ouvrage précédent, a largement été salué par la critique et que le thriller écologique d’anticipation est assez dans l’air du temps, le thème donne envie de lire cette histoire !

Résumé : La guerre de l’or bleu fait rage autour du fleuve Colorado. Détective, assassin et espion, Angel Velasquez coupe l’eau pour la Direction du Sud Nevada qui assure la survie de Las Vegas. Lorsque remonte à la surface la rumeur d’une nouvelle source, Angel gagne la ville dévastée de Phoenix avec une journaliste endurcie et une jeune migrante texane… Quand l’eau est plus précieuse que l’or, une seule vérité régit le désert : un homme doit saigner pour qu’un homme boive.

 

Dans les poches de l’Express

…il y a : 16 romans contemporains qui répondent aux canons de la détente estivale : exotisme, littératures du monde, romance, humour, aventure, voyage… Je me reconnais plus dans cette liste qui propose des auteurs déjà lus que j’aime beaucoup  : Chimamanda Ngozie Adichie dont je vous ai déjà parlé pour Americanah, Thomas Vinau que j’avais découvert par un recueil de poèmes, Andreï Kourkov, Irvine Welsh. Et ça tombe bien, si j’ai lu les auteurs, je n’ai lu aucun des titres proposés. un titre particulièrement qui se trouvait déjà sur ma liste d’attente (impatiente) :

l-autre-moitie-du-soleil-half-of-a-yellow-sun-par-chimamanda-ngozi-adichie_5896027Chimamanda Ngozie Adichie, L’autre moitié du soleil. Parce que la lecture est une expérience humaine avec cette auteure, son style rayonnant et ses personnages forts marquent, c’est en tout cas ce que j’avais ressenti dans Americanah.

Résumé : Lagos, début des années soixante. L’avenir paraît sourire aux sœurs jumelles : la ravissante Olanna est amoureuse d’Odenigbo, intellectuel engagé et idéaliste ; quant à Kainene, sarcastique et secrète, elle noue une liaison avec Richard, journaliste britannique fasciné par la culture locale. Le tout sous le regard intrigué d’Ugwu, treize ans, qui a quitté son village dans la brousse et qui découvre la vie en devenant le boy d’Odenigbo. 
Quelques années plus tard, le Biafra se proclame indépendant du Nigeria. Un demi-soleil jaune, cousu sur la manche des soldats, s’étalant sur les drapeaux : c’est le symbole du pays et de l’avenir. Mais une longue guerre va éclater, qui fera plus d’un million de victimes. 
Évoquant tour à tour ces deux époques, l’auteur ne se contente pas d’apporter un témoignage sur un conflit oublié ; elle nous montre comment l’Histoire bouleverse les vies. Bientôt tous seront happés dans la tourmente. L’autre moitié du soleil est leur chant d’amour, de mort, d’espoir.

 

 

Besoin d’autres idées ? Vous pouvez aussi consulter la liste des coups de coeur des livres sortis cette année par Le Monde des Livres, les livres de plage un peu « girly » tout de même sélectionnés par Elle, ou la sélection que pour ma part je trouve un peu snob des Inrocks. Sinon, à votre tour, recommandez-nous des lectures d’été dans les commentaires ! Bonne lecture et bonnes vacances !

Watership down

Laissez pousser vos oreilles, frétillez des moustaches, musardez dans les champs par petits bonds et… entrez dans la peau d’un lapin pour quelques pages !

Note : 4/5

watershipdown

Watership down... Un roman d’aventure, ça c’est sûr.

Une épopée même, avec ses distances infranchissables, ses décisions lourdes de sens qui font l’Histoire, sa bande de copains qui se transforme peu à peu en un peuple, ses hauts-faits militaires, ses moments de ruse, sa création d’un héros national.

Oui, de l’action, de l’épique, des histoires, mais… de lapins !! Vraiment : de lapins. Avec leur morphologie, leurs comportements instinctifs. Avec leurs motivations, leurs besoins, leurs mythes, leurs conquêtes, leurs batailles de lapins. Leurs pattes, leurs oreilles et leurs terriers. Heureusement, ces lapins-ci parlent français (enfin, anglais pour la VO). Ils glissent quelques mots-lapins, car il n’existe pas d’équivalent de farfaler dans notre langue (grignoter à l’air libre) !

Hazel et Fyveer sont frères, ils vivent dans une garenne nommée Sandleford. Ils y vivent une confortable vie de lapin, sans faire partie de la Hourda (sorte de caste militaire qui fait régner un ordre tranquille sur la garenne) et en suivant les quelques directives de leur Maître Lapin. Toutefois Fyveer, comme certains lapins chétifs, a des visions, des prémonitions : la garenne va être détruite. S’il parvient à convaincre son frère et quelques autres lapins de l’imminence d’un désastre et de l’importance de fuir, le Maître n’en croit pas ses oreilles et leur interdit de tout départ.

Le petit groupe échappe in extremis à la Hourda, lancée à leurs trousses. Commence alors un vaste périple, ponctué de découvertes variées pour ces lapins qui n’ont connu qu’un paisible champ loin des hommes. Traverser des rivières, croiser des voitures, oser parcourir toujours plus de kilomètres et s’installer dans un territoire totalement inconnu, fonder une nouvelle garenne, piller une grange, lutter contre les sirènes du confort : ces lapins vont connaître toutes ces épreuves comme autant de rites initiatiques.

À chaque rencontre d’une nouvelle garenne – le groupe en découvre deux – ce sont des nouveaux systèmes politiques qui sont présentés par l’auteur. Une garenne qui a sacrifié sa liberté pour le confort et l’opulence, tout en refusant de regarder en face le prix à payer – serait-ce une allégorie du capitalisme qui nous est présenté dans ce conte ? Une autre qui subit un tout autre type de privation de liberté : elle est contrôlée par une junte militaire ultra efficace qui régit tout, de l’autorisation de se reproduire jusqu’à l’heure où l’on est autorisé à farfaler, dans le but de ne jamais se faire repérer par les prédateurs ou les hommes – peut-on lire entre les lignes un système communiste extrême ou la Corée du Nord ici ? (rassurez-vous, les allusions politiques sont subtiles et ne sont que l’une des grilles de lecture du roman).

L’héroïsme et l’ingéniosité vont intervenir et relancer l’intrigue quand notre vaillant groupe de rongeurs se rend compte… qu’ils ne sont que des mâles. Ah oui, tiens ! Quelle pérennité pour leur garenne toute neuve ? On a beau se reproduire comme des lapins, on ne peut pas le faire tout à fait tout seul… Il faut alors faire fi des vilou (les prédateurs de tous poils et toutes dents), s’allier avec d’autres animaux, repenser aux vieux contes racontés au coin du feu pour y puiser des idées, et prendre son courage à deux pattes. Plus question de tourner sfar, comprenez de devenir paralysé par la peur au point de ne plus pouvoir bouger : il est temps de trouver des hases.

Si ce livre n’est pas récent, je l’ai découvert récemment, dans son édition 2016. Cette édition a été l’occasion de revoir et corriger la traduction : vous ne retrouverez pas forcément les mêmes noms de personnages en fonction de la version que vous aurez entre les mains. Et pour qui n’aurait pas envie de se transformer en lapin pendant 544 pages, plusieurs adaptations TV (dont une annoncée par la BBC en 2016) existent !

Watership down, par Richard George Adams. Monsieur Toussaint Louverture, 2016.alice

 

Promenons-nous dans les bois

Rigolade assurée avec ces ceux randonneurs du dimanche qui s’attaquent au Sentier des Appalaches

Note : 3,5/5

Promenons-nous-dans-les-bois

Bill Bryson est un bonhomme qui va dans des endroits du globe, essaye des trucs et les raconte ensuite avec beaucoup d’humour et de verve. Dans les librairies, on le retrouve dans le rayon littérature de voyage, mais s’il y avait un rayon « Rigolons un bon coup », on pourrait aussi l’y ranger – les librairies sont trop sérieuses.

C’est un esprit original, qui saute d’idée en idée, et qui n’a pas le caractère raisonnable de ses congénères humains, donc il saute de l’idée à sa réalisation, avec enthousiasme. Il se met en scène dans ses romans en éternel gamin un peu pénible, parfaitement inconscient mais sensible et ouvert à l’expérience. Le tout sous les yeux patients de son épouse, qui doit être une copine de la femme à Colombo.

Cette nouvelle aventure de Bryson se passe aux Etats-Unis, et a pour thème la randonnée. Bill Bryson, accompagné d’un acolyte improbable et aussi éloigné que possible du modèle du randonneur aguerri des montagnes, se lance à l’assaut d’un sentier historique long de près de 3500 km, le Sentier des Appalaches. Plus qu’une randonnée, c’est une odyssée. Il découvre un univers, ressent le paradoxe de la nature qui ne peut être naturelle, le tout entrecoupé d’infos sur l’histoire du sentier, et des rencontres faites au fil des étapes.

Avec beaucoup de mordant, Bryson décortique ce monde à part, celui des randonneurs, et nous brosse un tableau pas piqué des hannetons des randonneurs consommateurs, des pot de colle, des ovni. Il découvre aussi l’expérience forcément intime et solitaire de la marche.

J’ai reconnu l’ambiance particulière d’un sentier de grande randonnée, où tout le monde se suit plus ou moins, où les histoires circulent ; les abris et les étapes où les randonneurs se rassemblent, le besoin de solitude aussi, ce que déclenche la marche en réflexion. La découverte d’un rythme différent et d’une vie qui se résume au jour en train de se dérouler, et à s’assurer des besoins de base : marcher, se protéger de l’eau et des blessures, manger, trouver un endroit où dormir, se reposer. La sensation d’étrangeté aussi lorsque l’on retourne en ville. Evidemment, le duo Bryson-Katz fait des étincelles et la relation de ces deux loustics n’en finit pas de nous faire rigoler.

Le roman est un cadeau d’Alice, qui a pensé à moi en suivant les mésaventures de ces Pieds Nickelés des montagnes. Toute ressemblance avec ma propre traversée de la diagonale du vide en France serait fortuite !! Un livre chaudement recommandé aux patachons qui préfèrent passer leur week-end à bouquiner plutôt qu’à randonner !

justine3Promenons-nous dans les bois, de Bill Bryson. Petite Biblio Payot Irrésistibles.

 

 

La lune est blanche

Partons à l’aventure en Antarctique !

Note : 4 / 5

Couverture de La lune est blanche

Les 2 frères Lepage, dont l’un est dessinateur et l’autre photographe, sont invités par l’Institut polaire français à voyager en Antarctique avec les scientifiques « hivernants » et à accomplir l’une de ces improbables aventures humaines qui fait briller les yeux des gens de caractère : le raid.

Le long voyage en bateau est bordé d’imprévus, de retards et de délais, car encore en 2012 les hommes sont facilement prisonniers des glaces et l’Antarctique reste un continent difficilement abordable. Chaque moment d’attente est l’occasion d’un retour dans l’histoire de la découverte et de l’exploration de l’Antarctique. Le livre est lourd et grand ! 256 de BD, de dessins, de photographies, d’histoire actuelles et passées. Les dessins sont tous plus magnifiques les uns que les autres.

couv_233440

L’Astrolabe, le petit brise-glaces français qui réalise les aller-retours vers l’Antarctique, est l’un des personnages principal de la première moitié de la BD. Pris dans les glaces lors de son trajet précédent, on surveille sa balise GPS : va-t-elle enfin avancer ? Car s’il n’arrive pas, la participation des frères au raid sera annulée, ils seront cantonnés au camp Dumont d’Urville qui se trouve au bord de l’océan Antarctique. Le raid, c’est un trajet de 2 semaines environ dans d’énormes tracteurs vers la base Concordia, située 1200 km plus loin, vers le cœur du continent.

Nous avons mal au cœur avec le personnage principal, sur ce bateau conçu pour toujours revenir à la verticale et rouler (à moins que ce soit tanguer  ?) fortement, sur les mers très difficiles qui ceignent le grand sud. Nous avons froid avec tous !

vlcsnap-2014-12-02-16h40m04s112.png

L’autre moitié du livre est consacré au raid, donc aux vues improbables de cet immense désert de glace qu’est l’Antarctique. C’est à la beau très beau et très brutal, on a la sensation de quitter le récit du monde réel pour embarquer dans un voyage sur une autre planète, pour rentrer dans la science-fiction, parler de survie, de ce qui fait de nous des humains.

Si cette BD est une incroyable aventure, que l’on a également la sensation de vivre, toutefois les doutes incessants du personnage et son immense déception à l’idée de ne pas pouvoir faire le raid – déception régulièrement remâchée, rabâchée – ternissent un peu la lecture. Entre récit d’aventure et introspection, la narration se cherche un peu. Il semble même étonnant, de mon point de vue, que l’auteur ne se satisfasse pas de l’incroyable aventure qu’il vit et veuille absolument ajouter le raid au reste de ses expériences, déjà tout à fait hors du commun – ou hors de mon commun.

Mais ce n’est qu’une petite retenue sur mon grand enthousiasme à cette lecture !

La lune est blanche, de François et Emmanuel Lepage. Futuropolis, 2014.alice

La Horde du Contrevent

Un extra-ordinaire roman comme vous n’en lirez jamais d’autre

Note : 5/5

Alain Damasio - La Horde du Contrevent

Pourquoi lisons-nous un livre ? Parce qu’on nous l’a offert. Parce que c’est le nouveau livre d’un auteur qu’on aime bien. Parce qu’on l’étudie en cours. Parce que la personne dont est amoureux est aussi en train de le lire. Car il traîne dans les toilettes. Ou sur la table de chevet. Ou dans la salle d’attente. Car notre voisin dans le train le dévore et qu’on épie par-dessus son épaule. Car on a besoin de se détendre. Car on aime les scènes sanglantes. Pour voyager. Pour penser complètement à autre chose. Pour dire du mal de l’auteur. Par foi. Pour le relire une 4e fois, même si on le connaît pas cœur, justement car on le connaît par cœur. Pour épater la galerie : « Moi, j’ai réussi à le lire en entier ! »

La Horde du Contrevent, je l’ai lu parce que mon futur-libraire-préféré, qui n’était alors qu’un libraire inconnu, m’a écoutée parler deux minutes et m’a mis ce roman entre les mains : « c’est celui-ci qu’il vous faut ». Ou une phrase du genre. « Ça devrait vous plaire ». La couverture m’a plu.

Et depuis, je transporte toujours avec moi, quelque part dans un recoin du cerveau, dans un méandre du cœur, l’ambiance, les personnages, le souffle de la Horde. Il ne me quitte  jamais vraiment. C’est un livre incroyable, de ceux dont on ne croisera jamais l’équivalent même en lisant beaucoup, même en lisant tous les autres livres du même auteur. Une claque, une plongée soudaine et forcée dans un tonneau d’eau glacée, l’impression que l’on a ouvert les yeux une 2e fois.

Le monde est globalement inconnu ; des vents incessants balayent une vaste langue de terre, et plus on remonte contre le vent, plus il est fort, plus la vie est difficile.

Golgoth, Sov, Carcarole, Horst, Callirhoé, tous les autres, forment une Horde. Ils sont entraînés depuis l’enfance à braver les vents pour, à l’âge adulte, partir « en contre », marcher le monde en luttant contre toutes les formes de rafales et, arrivés à l’autre bout du monde, atteindre l’extrême-amont pour savoir enfin pourquoi la terre est striée par les vents : est-ce un vaisseau sans protection qui avance au milieu de l’espace ? Trouver l’origine des vents.

Formation_Horde_Diamant
Les 23 membres de la Horde : chacun a son signe

L’écriture est une dentelle, une prouesse qui n’y ressemble pas : comme la contorsionniste qui maîtrise tellement son art qu’elle semble plus faire le moindre effort. Tout dans ce livre implique le lecteur, le transforme en 24e membre de la Horde, en passager fantôme de l’aventure. Les rythmes de la narration enflent ou se réduisent, bruissent ou se saccadent, comme les vents qu’affronte la Horde. Elle « part en contre », et nous avec elle : la première page est numérotée 700. De page en page la Horde remonte vers la source des vents, et nous controns avec elle, nous remontons lentement les pages pour atteindre enfin la page n°1. Nous sommes une part de l’histoire, nous sommes impliqués de force, comme un Bastien entré dans l’Histoire sans fin et qui en modifie le cours.

Le lecteur, après quelques chapitres, pourrait penser qu’Alain Damasio a épuisé l’étrangeté du livre-monde qu’il nous propose. Mais il ne saurait y avoir de repos, de confort, dans cette lecture : de nouvelles singularités apparaissent, et soudain ce monde très plat, en deux dimensions, érodés par les vents, se déplie dans les airs ! L’avarice langagière de certains personnages ne laisse pas présager le morceau de bravoure qu’est la joute verbale au centre du roman !

La Horde du contrevent n’est pas un livre facile, un livre qu’on lit en passant, sans y penser. C’est un livre qui implique, qui donne à penser, qui donne beaucoup à rêver, qui nous transforme en nourrissons essayant de comprendre à nouveau le fonctionnement du monde, qui donne à  vivre. C’est un livre jubilatoire. C’est aussi un livre drôle. C’est un livre qui emprunte ses codes au rugby (la Horde face à la stèche, l’une des 9 formes du vent, se déploie comme une équipe de rugby ; elle a ses piliers, ses ailiers…) et qui vous convertit sans que vous ne vous en rendiez compte à la philosophie.

Qu’il est difficile de parler d’un roman que l’on aime particulièrement ! En général je l’offre à ceux dans mon entourage qui me semblent pouvoir l’apprécier, sans rien en dire, car toute glose sur ce roman en particulier me semble un peu bancale. Je peux quand même vous dire ceci : c’est un livre que je voudrais n’avoir jamais lu, pour avoir le plaisir de le découvrir de nouveau, de laisser l’émerveillement me saisir encore, pour me laisser surprendre à chaque page, pour me demander encore : « Est-ce que la fin, ce ne serait pas que… », pour réaliser finalement que j’avais deviné la fin mais que c’est un fait-exprès, que tout est fait pour que l’on devine la fin et que l’on se demande si, peut-être, ces 700 pages à rebours ne sont pas une puissante métaphore de nos vies particulières.

La Horde du Contrevent, d’Alain Damasio. 2004, La Volte ; 2007, Folio SF.alice

Une bonne dose d’héroïnes (de comics)

Un article spécial vacances pour faire le plein de lectures, où il est question de comics et de personnages féminins qui occupent le haut de l’affiche.

Velvet bannière

J’ai commencé à lire des comics il y a deux ans et demi, à mon arrivée à Bordeaux. La base de ces BD américaines : 20 petites pages. Un « single », soit un épisode, qui paraît chaque mois en brochure à prix modique. Quand on est fan, comme je le suis de Saga, attendre un mois, c’est long. Et pour lire vingt pages en dix minutes, c’est raide. Mais il est impossible d’attendre huit mois que paraisse un volume en couverture souple, qui regroupe 6 ou 7 épisodes formant un « arc narratif », un TPB.

Me voilà donc réduite à lire des singles et à être continuellement frustrée de lecture, parce que je me suis nourrie de romans, de longues chevauchées fictionnelles, de pavés que ces bavards de romanciers aiment écrire, ne serait-ce que pour caler l’armoire de mamie. Alors quand j’aime un premier numéro de single, maintenant, je patiente quelques mois, en attendant le TP, pour en avoir plus à me mettre sous la dent d’un coup.

catwoman a long halloweenEn même temps que je m’habituais au format de lecture particulier au genre, je découvrais peu à peu mes goûts en comics grâce aux conseils de mon vendeur, fin psychologue et grand connaisseur de ces mondes imaginaires. Je suis entrée pour la première fois dans la boutique avec l’idée de lire Batman. Je suis sortie avec Batman : The Long Halloween, un volume renversant, avec une galerie de personnages qui crèvent littéralement la page et un univers complexe et sombre, admirablement rendu par ce qui fait l’intérêt du genre :  une histoire qui avance dans l’inextricable association image-texte. J’ai été fortement impressionnée par Catwoman, musculeuse et puissante ; et par Poison Ivy, vénéneuse et écoeurante.

J’ai lu à toute vitesse, pendant des semaines, des mois, les classiques du genre de ces vingt dernières années. J’ai découvert deux mondes : le « mainstream », DC et Marvel, aux univers que j’ai rapidement dédaignés (sauf Batman), car trop complexes et imbriqués. Je n’avais pas le temps de m’y plonger correctement, d’autant que ce sont des univers très adolescents, très masculins.

L’autre univers, c’est celui de l' »indépendant ». On retrouve souvent les auteurs des grandes franchises, mais dans des projets plus personnels, des histoires moins vastes, des genres plus osés. Je ne lis plus que des comics indés, très variés. De mon univers natif, le roman, j’ai gardé un goût certain pour les intrigues bien construites, des personnages assez fouillés. J’aime les intrigues politiques et les mystères. Et surtout, je cherche des lectures qui soient pour les femmes, ou écrits par des femmes.

Ce n’est pas un scoop, l’univers du comics a toujours été une affaire d’hommes. Avec les stéréotypes sexistes qui vont avec. Bien souvent, la caution féminine d’un titre est un super-héros avec des formes pulpeuses, une machine à fantasmes.

Ms._Marvel_Vol_3_2_Molina_Variant_TextlessIl ne faut pas tomber non plus dans la caricature, des personnages féminins existent dans le mainstream du comics, et sont des héroïnes à part entière. Ms. Marvel en est un bon exemple : elle est une adolescente Paki, vivant à Jersey City, près de New York, et se découvre des super-pouvoirs, qu’elle devra apprivoiser, tout en gérant sa vie quotidienne pas évidente dans son quartier entre deux identités socio-culturelles.

Vous l’aurez compris, dans cet article, je ne vais pas poncifier sur la femme dans le comics, j’en serais bien incapable. Je vais vous conseiller quelques lectures qui m’ont bien plu, écrites par des femmes, où dont les personnages principaux sont des femmes. Parce qu’il existe aujourd’hui un lectorat féminin, et des créatrices très talentueuses.

Comme dans tout roman qui se respecte, les rôles-titre féminins de comics sont tenus par des femmes fortes. Certaines volent la vedette aux hommes et sont mises dans des situations, des intrigues, des genres habituellement tenus par des hommes.

L’espionne sexy et ténébreuse

Velvet-001

Velvet est un comics d’espionnage très classieux. Un cocktail cinématographique d’action, d’élégance, de mystère. On retrouve l’ambiance roman noir chère à Brubaker, l’auteur, un dessin superbe, très rythmé, coloré comme il faut, avec beaucoup de clair-obscurs, et une narration fluide, qui manie à merveille les codes de l’histoire d’espionnage, avec ses secrets, ses volte-faces, son héroïne terrible et sexy. Un titre sans vraiment d’humour, mais diablement efficace. J’attends le 3ème tome à paraître pour suivre les aventures de Velvet Templeton.

velvet1a-covRésumé : Velvet est l’assistante du Directeur d’une agence de renseignement. Officiellement du moins. Lorsque le plus grand agent secret du monde est tué en mission, elle se trouve engluée dans un imbroglio de mystères et de meurtres. Envoyée sur le terrain, dans un milieu qu’elle avait abandonné, son propre passé lui revient alors en plein figure. Heureusement pour elle, elle n’a rien perdu de ses talents.

Velvet par Ed Brubaker, Steve Epting, Elizabeth Breitweiser. T.1 et 2 chez Delcourt pour la VF (2014-…), Image Comics pour la version en VO. Série en cours.

 

La bodyguard génétiquement modifiée

Lazarus-Review-Banner-770x418

Dans la même veine d’héroïnes fortes aux métiers d’hommes, l’impitoyable garde du corps génétiquement modifiée. Lazarus est un titre de science-fiction aux couleurs froides, quoi que l’essentiel de l’action se passe dans le désert, qui montre une héroïne paumée et violente, dont la raison d’être est le protection d’une famille dominante, coûte que coûte. Forever est un Lazarus. Et Forever n’a pas de pitié pour les croissants. Mais bon, au-delà des intrigues de pouvoir et d’influence où elle se trouve mêlée, elle doit faire face à des questions d’identité et de sentiments qui remuent sa conscience. C’est bien foutu, ça se lit comme un film d’action, rythmé et sans effusion de sentiments, mais avec un peu d’effusion de sang par contre. L’univers dystopique est bien rendu, intéressant à voir se développer au fil des numéros.

lazarus-rucka-lark-1Résumé : Dans un futur proche et dystopique, les gouvernements ne sont plus que des concepts archaïques : le monde n’est plus divisé par zones géographiques mais par frontières financières. La richesse est synonyme de pouvoir, mais elle n’est l’apanage que d’une poignée de familles qui la conservent jalousement. Le reste de l’humanité peut bien aller au Diable… Dans chaque famille, une personne est élue pour subir un entraînement intensif, et obtenir le meilleur de ce que l’argent et la technologie peuvent offrir. Cette personne est à la fois la main qui frappe et le bouclier qui protège ; le représentant et le gardien de son clan, son… Lazarus ! Dans la famille Carlyle, le Lazarus est une femme, sexy et redoutable, baptisée Forever. Laissée pour morte dans un combat sans merci, Forever ne devra son salut qu’à ses insoupçonnables ressources. Mais est-elle prête à affronter la vérité ? Ceci est son histoire…

Lazarus, par Greg Rucka et Michael Lark. T. 1 à 3, chez Glénat pour la VF, Image Comics pour la version en VO. Série en cours.

 

LA femme fatale

fatale-spl

Fatale est l’exemple ultime de l’histoire de la femme fatale : ce comics imprégné de surnaturel et d’occulte, très léché visuellement, dans un ambiance de roman noir (oui, l’histoire est d’Ed Brubaker, encore lui !), raconte l’histoire maudite de Joséphine. Tous les hommes qui l’approchent tombent sous son charme, se laissent prendre dans ses griffes, et leur amour obsessionnel et irrépressible les conduit invariablement vers la mort. Joséphine, elle, cherche à percer le mystère de son existence et de son malheur.

fatale chapt 2Il y a de la beauté noire, du bruit et de la fureur dans son histoire marquante. Il y fait sombre, souvent nuit, on a froid à l’âme, que la bouche rouge et pulpeuse de Joséphine ne parvient pas à réchauffer. On se croirait dans un film hollywoodien des années 50, sans humour et sans espoir. Brubaker et Phillips, le duo gagnant des histoires rétro, excellent dans ce titre qui marque sans doute plus la gent masculine qui voit là se matérialiser une crainte ancestrale. Méfiez-vous des femmes… elles vous conduiront à la folie et à la mort !!!! Mouahahahahah !

Fatale-Résumé : De nos jours, aux Etats-Unis. Lors des obsèques de son parrain, Nicolas Lash rencontre une mystérieuse jeune femme qui se fait appeler Jo. Intrigué par ses propos, surtout subjugué par sa beauté, il se laisse séduire. Or bien des hommes sont déjà tombés dans ses filets… Il ignore encore que celle qui le fascine tant traverse les années sans vieillir, cherchant à échapper à un monstrueux démon immortel.

Fatale, par Ed Brubaker, Sean Phillips et Dave Stewart. T. 1 à 5, série achevée. Chez Delcourt pour la VF, Image Comics pour la VO.

La femme au foyer tueuse

Lady-Killer-2-2nd-Print-2-5-15

Ah… le beau fantasme de la femme au foyer des années 50 : parfaite ménagère, mère exemplaire, intendante domestiquée du coquet pavillon de banlieue, et en plus bien baisable. Joëlle Jones s’en donne à coeur joie dans Lady Killer, où elle s’amuse à faire voler en éclat ce poncife féminin. La couverture du vol. 1, de ce titre paru pour le moment uniquement en VO, résume très bien l’ambiance. Un dessin nerveux, des couleurs vitaminées, beaucoup d’humour noir et d’action. lady-killer-1-jones-rich-dark-horse-02Le postulat de départ est certes un peu convenu, on est dans l’ambiance espionne glamour à double vie, et on joue des situations, du contre-pied de ces deux vies diamétralement opposées, avec un mari un peu trop benêt et un contact espion un peu trop beau. On ne s’ennuie pas une seconde, et on suit les aventures de Josie Schuller avec beaucoup de plaisir.

ladykiller1Résumé : Josie Schuller est la parfaite incarnation de la femme au foyer, épouse et mère – mais elle est aussi une tueuse impitoyable et efficace ! Elle jongle entre une vie domestique heureuse et sans nuage, et des assassinats exécutés de sang-froid. Mais lorsque Josie se retrouve à la croisée des chemins, son rêve américain est en danger !

Lady Killer, par Joëlle Jones et Jamie S. Rich. Vol. 1 en VO chez Dark Horse (2015).

 

 

On continue dans la violence (ce qui fait le suc de la très grande majorité des comics, il faut bien l’avouer…), avec des héroïnes non plus seules, mais en bande !

Les mafieuses seventies

KITCHEN08

Il fallait bien un pendant féminin aux histoires de mafia.Les trois héroïnes de The Kitchen sont soeurs et ont chacune leur histoire. Quand leurs compagnons sont envoyés en prison, elles reprennent leur affaire… à  leur compte toutefois. Par le racket et le meurtre, elles s’imposent dans ce quartier de Manhattan des années 70 rongé par la pègre et la violence, appelé Hell’s Kitchen. Et quand leurs hommes sortent de prison, elles vont tout faire pour garder leur fief.

the-kitchen-1-groceries

Une sacrée histoire, du type « rise and fall », un peu dure j’ai trouvé, très violente et froide. Peu d’espoir au bout du compte, une lutte pour l’indépendance et une vie calquée sur le modèle de l’American way of life façon criminelle. Les héroïnes sont des self-made women qui le paient cher. J’ai bien aimé la garde-robe seventies des héroïnes, leur morphologie et le trait des dessins qui rappelle les comics de cette époque. Comme toute histoire basée sur la haine et la violence, les raisons du départ perdent peu à peu de leur sens. La narration est puissante et dense, le dessin nous met bien dans l’ambiance. Il y a de la tragédie dans l’air…

ming-doyle-coverRésumé : New York, fin des années 70. Times Square est un paradis du sexe et de la drogue. La ville oscille au bord de la faillite, des pannes générales d’électricité pouvant frapper à tout moment. Bienvenue dans l’univers de The Kitchen. Les gangs irlandais contrôlent le quartier de Hell’Kitchen, semant la terreur dans les rues et faisant le sale boulot de la mafia italienne. Jimmy Brennan et sa bande étaient les ordures les plus impitoyables du Kitchen. Mais une fois en prison, leurs femmes – Kath, Raven et Angie – décident de poursuivre leurs rackets. Et une fois qu’elles ont goûté à cette vie et à l’argent facile, elle ne sont pas prêtes à arrêter.

The Kitchen, par Ollie Masters, Ming Doyle, Jordie Bellaire. Mini-série en 1 volume. Uniquement en VO chez Vertigo (2015). Série terminée.

Les quatre mercenaires.

rat-queens

Pour respirer un peu et rigoler un bon coup après toutes ces histoires de malheur et de violence que je viens de vous raconter, je vous recommande Rat Queens. Ce qui distingue ce titre assez barré, qui se déroule dans un monde teinté de fantasy moyenâgeuse, c’est son humour bad-ass, et ses personnages hautes en couleur. Elles sont mercenaires, mais ce sont aussi des copines et des colocs, avec leurs histoires d’amour, d’alcool et de famille.

rat queens plancheVisuellement et psychologiquement elles ont chacune un profil différent, outré même, mais c’est bien troussé. Des personnages si bien campées qu’elles deviennent assez vite des familières de notre univers imaginaire.

rat-queens-tome-1Résumé : Elles sont une bande de mercenaires célibataires siffleuses de bière et leur boulot c’est de tuer toutes les créatures que le bon dieu a fait pour de l’argent. Dites bonjour à Hannah l’Elfe magicienne rockabilly, Violet la Naine guerrière hipster, Dee la Nonne humaine athéiste et Betty la Hippie un brin voleuse. Ce conte moderne d’un genre ancien est une épopée violente de tueuses de monstres, comme si Buffy rencontrait Tank Girl, dans un monde à la Seigneur des Anneaux sous crack !!

Rat Queens, de Kurtis J. Wiebe et Roc Upchurch’s. Vol. 1 et 2 uniquement en VO, chez Image / Shadowline. Série en cours.

 

L’héroïne originale et aventurière qui a une section pour elle toute seule (et qui ressemble furieusement à Amélie, notre chroniqueuse !)

worldsinpanels-shutter1-650
Shutter_Issue01_p15finLe dernier titre à héroïne que je vous recommande est une perle. Shutter est ce que l’on appelle une création originale. Un univers qui s’inspire de nombreuses références, mais qui n’existait pas avant que l’imagination géniale de Joe Keatinge ne lui donne vie, et la folie douce du crayon de Leila del Duca ne lui donne chair. Pour l’incarner, un duo de légende, Kate Kristopher, jeune reporter-photographe et son chat-réveil.
Dans un univers chamarré un peu rétro, peuplé d’humains et de créatures anthropomorphes, de robots et de squelettes, les occasions de s’émerveiller et de s’interroger sont nombreuses. « La magie est dans le détail », pourrait être le motto de cette équipe de créateurs. C’est de l’aventure à l’ancienne, avec une quête, une histoire de racines et de famille, des rebondissements multiples, une héroïne lumineuse et décidée, un fidèle compagnon qui donne l’heure… Je vous laisse découvrir, c’est mon coup de coeur !

Shutter_Vol1-1Résumé : Kate Kristopher, autrefois la plus célèbre exploratrice d’une terre beaucoup plus fantastique que celle que nous connaissons, est forcée de retourner à cette vie aventureuse qu’elle avait laissé derrière elle, lorsqu’un secret de famille menace de détruire tout ce qu’elle avait passé sa vie à protéger.

Shutter, de Joe Keatinge, Leila del Duca, Owen Gieni, Ed Brisson. Vol. 1-3 uniquement en VO, chez Image Comics. Série en cours.

 

 

 

Sans surprise, parmi toutes ces héroïnes, certaines sont des émanations des stéréotypes comics ou issues de l’imaginaire cinématographique, de la pop culture. Beaucoup ont besoin de manier les codes masculins pour exister en contrepoint. Toutes sont belles, femmes, sauf peut-être de façon contradictoire la plus mainstream de celles que je vous ai présentées, Ms. Marvel, une simple adolescente. A certains moments, la cause féministe n’est pas très loin. Comme dans cette déclaration de l’héroïne de The Kitchen :

« Our mom never lived her own life. She just lived in the background of our dad’s. I ain’t gonna bel like that, Tommy. I don’t care what I have to do or who I have to fuckin’ kill… »

« Notre maman n’a jamais vécu sa propre vie. Elle a juste vécu à l’arrière-plan de celle de papa. Je serai pas comme ça, Tommy. Je m’en fous de ce que je dois faire pour ça, ou de qui je dois tuer, putain… ».

PS : je peux prêter ces titres ou les fournir via ma boutique de comics préférée à qui veut !