Fils des brumes

Une incursion spectaculaire dans les romans de fantasy américains qui va vous laisser scotché à votre fauteuil.

Note : 4/5.

fils-des-brumes-tome-1-l-empire-ultime-248663

Je voulais partager avec vous la découverte récente de ce grand auteur américain de fantasy adulte. Après avoir approché de façon assez poussée les auteurs français de fantasy (au passage, je vous recommande mon chouchou Gabriel KATZ, dans sa trilogie Le Puits des Mémoires !), je voulais goûter aux grands maîtres américains… Après Robin HOBB que je n’ose pas vous présenter, j’ai choisi Brandon SANDERSON.

Je viens de finir avec beaucoup de plaisir ce premier tome, qui nous plonge dans un univers de fantasy typique : sombre, brumeux, avec un oppresseur et donc des opprimés qui veulent se révolter… donc rien de bien original… mais j’y ai trouvé de vraies petites pépites qui ont rendu ma lecture passionnante :

Une magie originale et spectaculaire fondée sur le pouvoir des métaux : Brandon SANDERSON paraît avoir une appétence particulière pour les minéraux, et l’avait déjà utilisée dans sa série  » Coeur d’acier « . Certaines personnes avalent différents métaux, les  » brûlent  » dans leur corps, et les utilisent comme sources de pouvoir. Certaines scènes sont dignes d’un film à effets spéciaux très spectaculaires !

Des personnages attachants, et qui évoluent tout au long de ce premier tome : la principale héroïne est Vin, une ado de 16 ans qui a toujours vécu à la rue, abandonnée par son frère, embarquée au sein d’une bande de voleurs pour ses talents très particuliers où elle cherche juste à survivre. Elle se retrouve sur le chemin du très charismatique Kelsier, le plus célèbre voleur et chef de bande de l’Empire, survivant de terribles épreuves, mais qui ont laissé des traces…

De l’action et de la politique, … Brandon SANDERSON manie les différents ressorts du suspense, avec de l’action, des cascades spectaculaires, des révoltes aux bals avec petits fours, il assaisonne son récit de manoeuvres politiciennes et de toutes sortes de manigances. J’avais presque envie de noter dans un petit carnet tout au long de ma lecture, « comment renverser un pouvoir tyrannique en 10 leçons », tellement cest bien construit et d’une intelligence subtile.

Bref, du grand art dans ses rebondissements qui vous scotchent au fauteuil comme au cinéma : il vous capte et ne vous lâche plus. S’il vous tient, vous êtes foutus. Essayez.

fannyFils-des-Brumes, tome 1 : L’empire ultime, par Brandon Sanderson. Editions Orbit, 2010. Le Livre de poche, 2011.

Publicités

4321

Retour en force de Paul Auster, avec un roman énorme.

Note : 4,321/5.

 

4321

4. Quatre vies, un garçon.

Identiques mais différents, ce qui voulait dire quatre garçons ayant les mêmes parents, le même corps, le même patrimoine génétique, mais chacun vivant dans une maison différente, dans une ville différente, avec sa propre panoplie de circonstances.

Un livre comme nul autre, voilà ce que Paul Auster nous propose à travers l’histoire, ou plutôt les histoires d’Archie. Tout commence par une première histoire, celle des arrière-grands-parents d’Archie, fraîchement émigrés aux Etats-Unis. L’arrière-grand père est là, dans la file à son arrivée à New York, devant l’agent d’immigration, qui attend qu’il lui dise son nom. Quel nom prendre, un nom « qui fait américain », compréhensible ? Ce ne sera pas Rockfeller, mais suite à une incompréhension, Ferguson. Puis le destin se noue peu à peu, autour des grands-parents, puis des parents, pour donner vie à Archie.

Et voilà que se met en place le dispositif narratif de Paul Auster, simple à énoncer mais ô combien difficile à faire émerger : ce n’est pas la vie de Ferguson, qu’il raconte, mais quatre versions possibles de sa vie, influencées par des événements d’abord extérieurs à sa volonté, puis à ses choix. Quatre versions en train de s’écrire, dont il alterne les récits à chaque période de la vie du garçon.

Le roman peut effrayer de prime abord. C’est un gros et lourd pavé de plus de mille pages, et il a fallu m’accrocher pendant une centaine de pages pour saisir la densité de style d’Auster, et se rassurer quant aux imbrications et scansions du récit. Moi qui ai une très mauvaise mémoire, je craignais de ne pas m’y retrouver, je me posais des questions du type : dans quelle version de Ferguson suis-je déjà ? Et lui, il était pas mort ? Ah non, c’est dans telle version… mais rien de tout cela n’est arrivé, et le livre, s’il peut parfois donner le vertige par la finesse et la richesse des descriptions, n’en reste pas moins très fluide et agréable à lire. L’effet roman-fleuve s’y ajoute, on plonge dans un univers, qu’on retrouve avec plaisir un peu chaque jour.

Le fleuve peut aussi être l’image des phrases qui coulent au bas des pages, s’étendant sur parfois une vingtaine de lignes, les mots sortent et s’enchaînent, mais les phrases restent fluides et il ne faut pas avoir peur de s’embarquer dedans, les suivre, descendre leur cours, le flux de la pensée et de la conscience en paroles, qui affleure et ruisselle en grappes de mots enlacés.

C’est donc un roman d’apprentissage d’un nouveau genre que Paul Auster nous livre, l’enfance, l’adolescence et l’arrivée à l’âge adulte d’Archie. La galerie de personnages qui gravitent autour des différents Archie sont tous attachants à leur manière imparfaite.  J’ai aussi particulièrement aimé l’évolution de Rose, la mère d’Archie, et sa relation avec son fils.

Quant aux 4 Archie, tous un peu pareil et tous un peu différents, on s’y attache beaucoup, et on sent l’amour de l’auteur pour son quadruple personnage. L’école, les camps d’été, le sport, les premiers baisers et petites copines, le choix de l’université, les études… on assiste au déroulé de ces vies marquées par des drames familiaux et intimes. J’ai été épatée par l’effet des événements, petits ou grands, qui font évoluer Archie, dans ses choix, dans sa personnalité, mais comment, en fin de compte, on retrouve les mêmes aspirations, les mêmes amours, dans les quatre versions. C’est aussi une profonde réflexion sur le destin, l’influence qu’on a dessus, ses choix, l’effet-papillon, en cercles concentriques, d’événements qui finisse par atteindre quelqu’un au plus profond.

3. New York, Etats-Unis, Paris.

Cinq domaines, cinq réalités distinctes mais cependant reliées les unes aux autres, ce qui voulait dire que lorsqu’un événement se produisait dans le cercle extérieur (la guerre), ses effets étaient ressentis en Amérique, à New York, à Columbia et en chaque point du cercle intérieur et privé des existences humaines.

L’image des cercles concentriques, Paul Auster l’utilise dans le roman, pour évoquer la répercussion de la guerre lointaine en chacun. L’épicentre de son livre est bien sûr New York, sa ville, dont on voit le quotidien, l’ambiance, les petits détails, la vie des années 1950 et 1960. On sent une connaissance intime de cette ville, d’endroits, de rues arpentées, de cafés et restaurants dont certains doivent encore exister. On retrouve les différents Archie, faire le trajet depuis Newark pour aller voir sa petite-amie, emménager à New York avec sa mère, ou encore partir à New York le samedi pour aller au cinéma.. New York a quelque chose que les autres villes n’ont pas.

Pendant que je lisais 4321, mon tendre, à côté de moi, lisait 22/11/63 de Stephen King (oui, des lectures chiffrées !). En parallèle, nous étions plongés dans l’Amérique au tournant des années 60 : on assistait à l’élection de Kennedy, son assassinat, puis pour moi Johnson, la guerre du Vietnam, les émeutes et luttes pour les droits civiques.

L’un des Archie se fait journaliste au lycée et à l’université, et couvre les luttes étudiantes à Colombia, celui dont l’amour de jeunesse, passionnée et politisée, s’implique dans les luttes pour les droits civiques et contre la guerre. Cette reconstitution de ces journées d’émeute et d’occupation à Columba est brillante. Plusieurs romans semblent imbriqués dans ce roman, avec de longs épisodes marquants d’une cinquantaine de pages, dont je ne vous déflorerai pas la teneur.

Auster nous plonge dans l’histoire de New York, des Etats-Unis, du monde sur plus d’un décennie, en entrelaçant vie politique et histoire intime, au point qu’on s’y croyait. La fiction est merveilleuse pour nous plonger totalement dans une époque qui n’est pas la nôtre.

 2. Des listes et des livres

Aucun autre garçon dans son cercle de connaissances n’avait lu ce qu’il avait lu et comme tante Mildred sélectionnait avec soin ce qu’elle lui offrait tout aussi soigneusement qu’elle avait choisi les lectures de sa soeur pendant qu’elle était alitée treize ans auparavant, Ferguson lisait les livres qu’elle lui envoyait avec une avidité qui ressemblait à une faim dévorante car sa tante savait très bien quels livres allaient satisfaire les appétits d’un garçon en pleine croissance tandis qu’il passait de six à huit ans, puis de dix à douze, et au-delà jusqu’à la fin du lycée. Des contes de fées pour commencer, les frères Grimm et les recueils de contes aux couleurs différentes rassemblés par l’Ecossais Lang, puis les romans merveilleux et fantastiques de Lewis Carroll, George Mac Donald et E. Nesbit, suivis par les mythes grecs et romains revus par Bulfinch, une version de l’Odyssée à l’usage des enfants, La Toile de Charlotte, une sélection d’extraits des Mille et Une Nuits, rassemblés sous le titre Les Sept Voyages de Sindbad le marin puis quelques mois plus tard un volume de six cent pages extrait de la totalité des Mille et Une Nuit, l’année suivante Dr Jekyll et Mr Hyde, les nouvelles d’horreur et de mystère de Poe, Le Prince et le Pauvre, Les Aventures de David Balfour, Un chant de Noël, Tom Sawyer et Etude en rouge et Ferguson aima tellement ce livre de Conan Doyle que le cadeau qu’il reçut de tante Mildred pour son onzième anniversaire fut un énorme livre, une édition abondamment illustrée des Aventures complètes de Sherlock Holmes.

C’est autant l’amour pour son personnage que l’amour pour la fiction elle-même et ses potentialités qui ressort de cette lecture. 4321 est aussi un roman de listes, de listes dans des listes, d’énoncés de possibilités, de raisonnements, parfois énumérés, parfois introduits par des tirets, des puces, pour toujours étendre la ramification des possibles.

Mais c’est surtout un livre où l’on trouve des listes de livres, des réflexions de lecture, des conversations sur des livres. C’est que la soeur de Rose, la tante d’Archie, est professeur de littérature à l’université. Elle devient le guide littéraire d’Archie, dressant des listes de livres à lire, au fur et à mesure qu’il grandit. Dans l’une de ses vies, Archie entreprend même de lire 100 livres en deux an, en guise d’études. Et on a ces listes, ces assemblages de chef-d’oeuvres, des connus, des moins connus, et ces listes, ces énumérations, qui émaillent le roman, me donnent aussi de voir et de découvrir, de lire. Après avoir refermé 4321, j’ai eu envie de revenir moi aussi aux fondamentaux, aux classiques, qui ne sont pas des lointains ouvrages mais de la très bonne littérature que j’ignore depuis des années. J’ai envie de lire Crime et châtiment, qui semble avoir changé la vision de la littérature pour Archie. 4321 est une expérience littéraire.

1.Ecrire.

Vide. C’était le terme qui convenait, se dit-il en s’asseyant sur le canapé et en prenant sa première gorgée de vin, ce même espace vide que Vivian avait évoqué quand elle décrivait le sentiment qu’elle avait éprouvé après avoir achevé son propre livre. Pas vide comme lorsqu’on se tient dans une pièce sans meuble, mais vide de l’intérieur. Oui, c’était cela, vide dans le sens où une femme se sent vide après avoir donné naissance à un enfant, mais en l’occurrence à un enfant mort-né, un enfant qui ne changerait jamais, ne grandirait pas et n’apprendrait jamais à marcher, car les livres vivaient en vous aussi longtemps que vous les écriviez mais dès qu’ils sortaient de vous, ils étaient finis et morts.

La lecture, oui, et l’écriture, toujours. C’est l’un des motifs récurrents de Paul Auster, l’écriture, et je me souviens avoir lu nombre de ses livres il y a une dizaine d’années, tous  ou presque parlent de New York, et de l’écriture, parfois jusqu’à plus soif. Dans 4321, l’auteur nous y mène, doucement mais sûrement, car Archie se découvre une âme d’écrivain, de bien des manières, avec bien des parcours, et différentes techniques, mais au fond et surtout au bout, c’est l’écriture le point de mire, et le point de repère. Cette envie, ce besoin portent le roman et ne l’étouffent pas, au contraire ils lui donnent son souffle et son âme.

4321vo

justine34321, par Paul Auster. Actes Sud, 2018.

Sur les tables des libraires : quelques livres sur l’esclavage en Amérique

Ma dernière critique portait sur le bestseller de Colson Whitehead, Underground Railroad. Le thème de l’esclavage nord-américain au 19e siècle inspire nombre d’auteurs contemporains, tant ce pan de l’histoire américaine et mondiale est encore douloureux, sensible, et actuel.

Alors que je lisais ce roman, j’ai repéré d’autres lectures proposées par mes libraires préférés sur le même thème : la fuite d’esclaves aux Etats-Unis. Voici deux titres vus sur leurs tables, qui vont rejoindre ma Pile A Lire !

♥ La librairie Saint-Martin à Bazas ♥

recommande un livre pour la jeunesse, qui « mériterait aussi un prix » :

Esclavage_Marche à l'étoileMarche à l’étoile, par Hélène Montarde, aux éditions Rageot (2017). A partir de 12 ans.

Résumé : Billy a quinze ans et il est esclave dans le Sud des Etats-Unis. Un soir d’automne, il s’échappe. Poursuivi, traqué, il entame une course folle au coeur d’un pays gigantesque. Jasper est un brillant étudiant américain, plutôt sûr de lui. Mais le jour où il trouve un vieux carnet qui raconte l’étrange histoire d’un esclave en fuite, son monde bascule. Qui est l’auteur de ce texte ? Et lui, Jasper, qui est-il vraiment ? Pour le découvrir, il doit à son tour prendre la route. Entre le passé et le présent, entre l’Amérique et l’Europe, deux voyages s’engagent.

 

♥ La librairie Ombres Blanches à Toulouse ♥

recommande un roman pour le moins truculent, National Book Award 2013 :

couv rivireL’oiseau du bon Dieu, par James McBride, aux éditions Gallmeister (trad. 2015).

Résumé : En 1856, Henry Shackleford, douze ans, traîne avec insouciance sa condition de jeune esclave noir. Jusqu’à ce que le légendaire abolitionniste John Brown débarque en ville avec sa bande de renégats. Henry se retrouve alors libéré malgré lui et embarqué à la suite de ce chef illuminé qui le prend pour une fille. Affublé d’une robe et d’un bonnet, le jeune garçon sera brinquebalé des forêts où campent les révoltés aux salons des philanthropes en passant par les bordels de l’Ouest, traversant quelques-unes des plus heures les plus marquantes du XIXe siècle américain. Dans cette épopée romanesque inventive et désopilante, James McBride revisite avec un humour féroce et une verve truculente l’histoire de son pays et de l’un de ses héros les plus méconnus.

 

 

Americanah

Une histoire d’amour, un livre sur la race et l’immigration, sans langue de bois et finement écrit.

Note : 5/5

americanah

Difficile de qualifier ce roman de coup de coeur, ou en tout cas uniquement de coup de coeur, même si c’est l’expression qui me vient facilement à l’esprit une fois le livre terminé et refermé. Les raisons pour lesquelles j’ai aimé sa lecture et ce qu’il a provoqué en sensations et réflexions, dépassent le simple ressenti. La lecture de ce roman étonne d’abord, par la franchise et l’énergie qui se dégagent de l’écriture ; ravit ensuite par sa justesse d’observation et de vécu ; fait réfléchir enfin, puisque le point de vue adopté ne peut être le mien, et pourtant je m’y identifie, je veux poursuivre la vie des personnages à leur côté et découvrir leurs réactions, leur évolution dans les épreuves qu’ils traversent, même si elles sont loin de mon propre vécu (quoi que j’aie été aussi, dans une certaine mesure et pour un temps limité, une expatriée volontaire). Mais la lecture et les réflexions qu’elle engendre ne sont pas pour autant lourdes, ou graves. C’est en toute légèreté et liberté que je me suis mise à réfléchir aux questions de race, d’immigration, d’adaptation à d’autres cultures et à d’autres pays, enveloppée dans la singulière honnêteté d’analyse d’Ifemelu, la personnage principale.

 

L’auteure raconte, avec beaucoup de justesse, comment Ifemelu passe du Nigéria aux Etats-Unis, comment elle découvre, dès qu’elle arrive là-bas, qu’elle est noire. Elle n’en avait pas conscience au Nigéria, cela n’avait pas de sens, mais aux Etats-Unis cela la frappe et parmi toutes les autres étapes de la découverte et de l’adaptation si bien décrites, cela la fait réfléchir. Elle commence à écrire un blog, que seule une Noire non américaine peut écrire avec la distance et l’humour nécessaires, sur ses observations du quotidien et comment le quotidien traite la question de la race aux Etats-Unis :  « Raceteenth ou Observations diverses sur les Noirs américains (ceux qu’on appelait jadis les nègres) par une Noire non américaine« . Ses chroniques rencontrent un grand succès, dans le récit mais aussi dans le monde réel, en parcourant les sites qui parlent de ce roman, je me suis rendue compte que beaucoup se sont identifiés à Ifemelu et à ce qu’elle raconte. Voici par exemple le début d’une de ces chroniques :

A mes camarades noirs non américains : En Amérique, tu es Noir, chéri

Cher Noir non américain, quand tu fais le choix de venir en Amérique, tu deviens noir. Cesse de discuter. Cesse de dire je suis jamaïcain ou je suis ganhéen. L’Amérique s’en fiche. Quelle importance si tu n’es pas « noir » chez toi ?Tu es en Amérique à présent. Nous avons tous nos moment d’initiation dans la Société des anciens nègres. Le mien eut lieu en première année d’université quand on m’a demandé de donner le point de vue d’une Noire, alors que je n’avais pas la moindre idée de ce qu’était le point de vue d’une Noire. Alors j’ai inventé. Et avoue-le – tu dis « Je ne suis pas noir » uniquement parce que tu sais que le Noir se trouve tout en bas de l’échelle des races en Amérique. Et c’est ce que tu refuses. Ne le nie pas.

Chimananda Ngozi Adichie raconte aussi – et avant tout – une histoire d’amour, celle d’Ifemelu et d’Obinze, entre le Nigéria, les Etats-Unis et l’Angleterre, sur une quinzaine d’années. Elle raconte aussi les séparations, les rencontres, la vie qui passe et comment chacun est changé par ses expériences, le décalage entre ce qui meut les personnages, ce qu’ils ressentent et ce qu’ils vivent. Ce fut une magnifique plongée dans le coeur et l’esprit d’une Igbo du Niger, noire non américaine, femme intelligente et amoureuse.

Et je me suis rendue compte en regardant cette interview que l’auteure, Chimananda Ngozi Adichie avait elle aussi un charisme, une profondeur d’analyse et un regard à couper le souffle. Un roman que je recommande chaudement à toutes et à tous.

justine3Americanah, de Chimananda Ngozi Adichie. Gallimard Folio, 2015.

 

Article spécial « Héroïnes »

Chers lecteurs, les chroniqueuses des mécaniques imaginaires vous livrent leurs coups de coeur, et chroniquent aussi parfois des livres qui furent importants pour elles, à travers des thèmes communs. Ce premier article partagé parle de femmes, de celles qui font des héroïnes inoubliables. Amélie, Alice et Justine vous livrent leur choix aussi dissemblables que puissants !

Le choix d’Amélie

COUV le choix 3.indd

 » C’est tout de même plus chouette de vivre quand on est désiré(e)« 

Pour ce premier article partagé dont le thème est le « livre dont le héros est une femme », j’ai choisi de vous présenter une BD autobiographique de Désirée et Alain Frappier. Dans ces pages, deux histoires s’entrelacent, celle de Désirée et celle  » de la conquête du droit des femmes à choisir de procréer ou non » (Annie Ernaux). Sujet a priori difficile à traiter encore aujourd’hui mais l’investissement personnel des auteurs est total et rend compte de façon originale et exhaustive d’un pan de notre histoire.

Cet ouvrage se compose de la façon suivante : la BD en elle-même, suivie de bonus comprenant notamment des documents d’époque, des références bibliographiques et des témoignages. J’ai également découvert les BOL grâce à ce livre, de sont des « bandes originales de livre ». Celle-ci a été réalisée par Philippe Guerrieri. Vous pourrez l’écouter sur son site.

Voici un petit résumé :  même si elle a des parents, l’enfance de Désirée est marquée par l’instabilité, elle enchaîne les foyers jusqu’à ce que « Le Bonheur » la prenne sous son aile. Mais on le sait tous, le bonheur n’a qu’un temps et elle devra reprendre le chemin des foyers… C’est au sein de l’un d’eux qu’elle va découvrir le féminisme par le biais de Mathilde qui partage sa chambre et fait partie du MLAC (Mouvement pour la Libération de l’Avortement et de la contraception).

livre_visuel_128.jpg

C’est les années 70, et les femmes, à tous les niveaux, se battent pour leur liberté : dans la rue, elles défilent, reconnaissent qu’elles ont avorté ; au niveau politique, Simone Veil défend un projet de loi dépénalisant l’IVG En 1975, le combat porte ses fruits et une loi dépénalisant l’avortement est adoptée.

livre_visuel_129.jpg

Désirée traverse ces années et son histoire la confrontera directement à l’IVG. Les émotions ressenties, les regards, les jugements son retranscrits avec réalisme et sensibilité. Le texte est très présent dans cet ouvrage que je qualifierai de roman dessiné. Désirée nous livre dans ces pages une partie de sa vie. Je ne sais pas si Désirée est un héros ou tout simplement une femme avec ses non-dits qui marquent l’enfance et se poursuivent à l’âge adulte. J’ai beaucoup apprécié ce texte et pour poursuivre j’ai entamé La vie sans mode d’emploi – putain d’années 80 ! des mêmes auteurs.

Le Choix, de Désirée et Alain Frappier, a été édité à La ville brûle en 2015.

 

Le choix d’Alice

la-servante-ecarlate-2

Une dystopie dont le personnage central est une femme, écrite par une femme.

 

L’Amérique a mal tourné, très mal tourné, même : dictature militaire implacable, baisse de la fécondité à un point tel que seules quelques femmes parviennent encore à avoir des enfants. Ce sont des Servantes, affectées à des Commandants ; des « servantes écarlates » qui « font » les enfants des Epouses des Commandants, toutes stériles.

Le personnage principal ? Elle s’appelle Defred, elle est servante écarlate, elle « doit » des enfants à son Commandant. Elle s’appelle Defred car elle appartient à Fred : son corps ne lui appartient pas, elle ne connaîtra jamais ses enfants, son nom n’est pas le sien. La Servante qui l’a précédée s’appelait Defred, la prochaine s’appellera Defred.

«  Je ne m’appelle pas Defred, j’ai un autre nom, dont personne ne se sert maintenant parce que c’est interdit. Je me dis que ça n’a pas d’importance, un prénom, c’est comme son propre numéro de téléphone, ç a ne sert qu’aux autres. Mais ce que je dis est faux, cela a de l’importance« .

Cette société est complètement aliénante : toute personne est standardisée, anonymisée : il y a des Epouses, des Anges (les forces militaires spéciales), des Gardiens, les Marthas qui sont les bonnes des maisons… Chacune sa place, son rôle, dans cet Ordre extrêmement oppressif. Toutes les autres femmes (trop âgées, infertiles, etc.) sont déportées dans les Colonies où elles manipulent des déchets toxiques. Toujours la question de leur fertilité est posée, jamais celle de leurs commandants… Les hommes ne sont pas mieux lotis d’ailleurs, mais Defred en parle peu : elle n’a pas le droit de leur parler, sauf dans certaines circonstances très cadrées.

« Il nous est interdit de nous trouver en tête à tête avec les Commandants. Notre fonction est la reproduction […]. Rien en nous ne doit séduire, aucune latitude n’est autorisée pour que fleurissent des désirs secrets ».

L’Ordre s’appuie sur la religion et la peur pour chasser toute pensée critique, garder chacun dans sa case et son rôle. La parole est cadrée, la communication interdite : parler, jouer au scrabble, échanger des mots sont des plaisirs prohibés. Pourtant Defred se pose des questions, se souvient, chercher du sens dans les petits signes de connivence qu’elle croit deviner chez d’autres esclaves de ce système. Malgré le carcan des codes, des règles, des interdits, elle lutte, elle espère.

Margaret Atwod développe dans ce roman une dystopie qui est l’excellent pendant féminin (féministe ?) du 1984 de George Orwell : un personnage qui n’a rien d’héroïque ouvre lentement les yeux sur l’inhumanité totale dans laquelle un système le force à vivre. Il n’a pas de liberté, perd son nom, son droit à développer des pensées qui lui sont propres, ne parvient pas à renverser ce système. Il tente, il se débat,… et le récit s’achève avec l’échec complet (1984) ou sans que l’on sache si Defred est sauve pour La servante écarlate :

 » Que ceci soit ma fin ou un nouveau commencement, je n’ai aucun moyen de le savoir. Et donc je me hisse, vers l’obscurité qui m’attend à l’intérieur ; ou peut-être la lumière« .

Sauf que Margaret Atwood attaque le thème sous l’angle de la féminité, du désir, de l’enfantement, de l’appropriation du corps, et que je ne peux m’empêcher de trouver cette approche encore plus efficace et terrifiante que celle d’Orwell. Et ce que l’on dit peu, c’est qu’Orwell s’est inspiré pour partie d’un roman publié 8 ans plus tôt, en 1940. Une suédoise, Kain Boye, passablement terrorisée par le nazisme, qui publie La Kallocaïne, première dystopie de ce style, avant de se suicider. Une femme, donc. CQFD.

La servant écarlate, de Margaret Atwood, a été publié dans sa version française chez J’ai lu, en 1985.

 

Le choix de Justine

livre-chien-du-heaume

 

 » Je suis Chien du Heaume, fils à putain… »

 

« La dernière chose qu’entendit Manfred avant que la femme commence à remuer la pointe de flèche à l’intérieur de sa tête pour changer sa fierté et son art en bouillie grise, ce fut : – Je suis Chien du Heaume, fils à putain, et de l’autre côté tu sauras qu’il faut un dard plus puissant que le tien pour me percer le cuir. Et c’est ainsi que je commencerai mon histoire ».

Ce roman s’ouvre sur une scène choc, où la cible d’un archer tueur, pauvre nourrice sans défense, se transforme en une puissante machine à tuer et se retourne contre lui…

Vous êtes-vous jamais fait la réflexion, en lisant un livre qui vous semble familier d’entrée de jeu, qui s’accord si bien à vos goûts que si vous aviez été écrivain, c’est ce type de livre qui aurait jailli de votre imagination ? Chien du Heaume, pour moi, fait partie de ces livres-là.

Je l’ai découvert assez vite, alors que je commençais à peine à lire de la fantasy, une fois accrochée par l’univers truculent et flamboyant de Gagner la guerre de JP Jaworsky. En regardant ce qui se faisait par ailleurs en fantasy française, je suis assez rapidement tombée sur Justine Niogret et son roman. Je me suis laissée convaincre par le résumé, l’intérêt de découvrir justement une auteure femme qui a créé un univers moyenâgeux où évolue une héroïne mercenaire appelée Chien. Fallait oser !

« Elle se faisait payer en lits d’auberge, en nourriture, en contes aussi, parfois, car la femme aimait les histoires« .

Ce court roman ressemble à une fable, à un conte moyen-âgeux. Comme dans tout roman de chevalerie, l’héroïne, Chien, poursuit une quête. Elle est mercenaire et n’a d’autre maison que son propre corps. Au cours de son errance, elle fait des rencontres et plonge dans la forêt, des chemins creux, et des châteaux glacés où guettent l’ennui et la solitude. Dans le coeur de l’hiver, des histoires se racontent, celles du passé et celles qui n’ont plus d’âge. L’écriture respecte bien cet univers, elle est pleine de saillies, très imagée et rude, comme une sève épaisse et riche qui irrigue le roman et enfle au fil des chapitres.

Mais c’est surtout le personnage de Chien qui m’a marquée dans ce roman. C’est un personnage qui est une femme, mais qui ne se définit en rien par sa féminité, mais plus par son humanité. Il est répété plusieurs fois qu’elle est laide. Elle a un métier d’homme, mas ne revendique rien, elle est ainsi. Elle ne poursuit pas l’amour, ne le cherche pas non plus. Et le fait qu’elle soit femme n’est pas un ressort de l’histoire. Elle est cruelle, violente, parfois mauvaise, peu sympathique. Mais au fil des saisons, elle découvre qu’autre chose peut nourrir une vie. On suit ses aventures, emportés par la langue de l’auteure et la ténacité de l’héroïne, dans cette quête qui l’anime, et nous tient en haleine.

Le roman m’a plongée dans une atmosphère végétale et minérale, mystérieuse, à la limite de la magie. On oscille entre plusieurs genres, conte horrifique, fantasy moyenâgeuse, roman d’apprentissage et de chevalerie. Dans mon univers imaginaire et littéraire, je mets ce livre aux côtés des autres histoires médiévales qui m’ont marquée : la sensibilité rêveuse du Domaine des Murmures de Carole Martinez, la magie celte de la nouvelle trilogie de Jaworski Rois du Monde, et les contes d’orfèvre d’Italo Calvino et de son Chevalier inexistant.

Chien du Heaume se lit comme une petite gâterie, une pomme de pain qu’on ramasse au cours d’une belle promenade pour en garder un souvenir vivant. Une histoire singulière qui se garde dans un coin de sa bibliothèque, pour le jour où un vrai feu de cheminée, au coeur de l’hiver, attisera l’envie d’une lecture grave, violente et belle.

Chien du Heaume, de Justine Niogret, a été publié chez J’ai Lu en 2010.

N’hésitez pas à nous faire part, à votre tour, de votre sélection dans les commentaires !

 

 

La frontière du loup

Un roman brut et marquant sur la réintroduction du loup en Ecosse.

Note : 4/5.

la frontière du loup

Le jour de mon anniversaire, je me suis fait un petit plaisir. Je suis entrée dans la plus grande librairie de la ville, j’ai parcouru les tables et sélections, et suis repartie avec quatre romans dont je n’avais jamais entendu parler et qui, chacun dans son style, m’avait plu de prime abord. Le frontière du loup m’a d’abord attirée avec sa couverture sobre et un peu mystérieuse, une silhouette de loup se découpant sur fond gris.

Le loup est aussi une figure forte de la littérature, et je n’avais pas oublié le superbe roman de Nicholas Evans, Le cercle des loups, avec sa jeune héroïne qui débarque dans le Montana pour protéger les loups contre les rustres locaux (tous sauf un, le beau Luke Calder). Nicholas Evans y avait déployé tout son talent de conteur, sa capacité à nous transporter loin dans l’imaginaire romanesque des grands espaces américains.

Et un roman qui parle de loups, ça me touche forcément en ce début d’année où je suis toute à la préparation de vacances scientifiques dans la nature sauvage (avec loups, lynx, ours et surtout panthères des neiges !).  Le roman ne paie pas de mine, il est même un peu sévère dans le style des éditions Christian Bourgois, au format étroit, au papier blanc épais et à la mise en page assez rigide. Mais l’histoire elle-même semble une nouvelle histoire de loups avec des thématiques actuelles, écologie, progrès et politique.

Le résumé confirmait cette première impression : une biologiste spécialiste du comportement du loup, Rachel Caine est embauchée par un richissime propriétaire terrien de la frontière écossaise, pour réintroduire le loup gris en Grande-Bretagne, alors que l’Ecosse est sur la voie de l’indépendance (là, la fiction dépasse la réalité). Pour Rachel, ce contrat est aussi un retour aux sources, la Combrie, région où elle a grandi aux côtés d’une mère volage et d’un frère effacé.

J’ai eu un peu de mal avec le style au début du roman, très haché, quasi télégraphique à certains moments. Mais je me suis vite habituée et ce style est ce qui fait le charme un peu rude de ce roman. Pas de chichis, pas d’enrobage dans le style, pas de longues descriptions ni de souffles romanesques, juste une appréhension directe et brute des choses, avec des scènes parfois un peu trop crues à mon goût.

Le loup est le fil rouge de l’histoire, et on comprend beaucoup de choses, malgré l’économie du style, sur les étapes du réensauvagement, les difficultés dans un contexte cultivé et occupé par l’homme, le fonctionnement de l’animal.

Malgré cela, les loups passent peu à peu au second plan de l’histoire. L’héroïne n’obéit pas aux codes féminins habituels et doit aussi faire face, en parallèle, à sa propre réintroduction sur son territoire originel et recomposer sa vie, ce qui est tout aussi passionnant à lire, parce que son histoire pose des questions sur notre nature même et ce qui nous meut dans la vie.

Je vous laisse avec les loups et le début du roman : « Ce n’est pas souvent qu’elle rêve d’eux. Dans la journée, ils se montrent insaisissables, se cantonnant dans les hautes herbes de la réserve, disparaissant du périmètre de la tanière. Prestes ou paresseux, ils traversent leur paysage mordoré et s’en vont dormir sous des arbres tombés, indétectables dans les deux cas. Leurs éclipses se sont perfectionnées. Ils s’en reviennent nuitamment. Les caméras les filment, yeux rouges, museau obscur, retour d’une chasse. Ou bien elle les entend hurler, longue harmonique, le long de la zone tampon. L’un d’eux en tête, puis d’autres en nombre. La nuit, nul besoin d’imaginer, nul besoin de rêver. Ils règnent hors de l’esprit« .

justine3La frontière du loup par Sarah Hall. Christian Bourgois Editeur, 2016.

Les folles espérances

Un long roman comme on en fait de moins en moins, avec des personnages passionnés et beaucoup de souffle romanesque.

Note : 3/5.

les folles espérances

Le résumé : « Années 1830. Tandis que les partisans de l’unité luttent du Nord au Sud, quatre personnages sont aux prises avec leur destin et avec l’Histoire : Colombino l’orphelin, paysan candide, parti à Rome avec son mulet Astolfo demander au pape la bénédiction de son union avec la belle Vittorina ; Leda, passée malgré elle du couvent à l’espionnage ; Lisander, cynique au grand coeur, photographe expérimental, courant après la fortune et les beaux yeux d’une prostituée ; et enfin le jeune Garibaldi, trouvant au Brésil l’inspiration de ses combats futurs pour l’unité italienne, mais aussi l’amour de la voluptueuse Aninha ».

Que se passe-t-il dans la tête des Italiens ? Parfois je me le demande. Je connais mal la littérature italienne, aussi j’ai voulu essayer un roman récent, pour me faire une idée. Je voulais du roman romanesque pour ma petite incursion dans la littérature italienne, et avec Alessandro Mari j’ai été servie.

Précipitez-vous sur Les folles espérances, si :

  • vous aimiez, autrefois, lire des roman-fleuves, et surtout les romans du XIXe siècle. Le roman de Mari est un hommage au roman « grande époque » : destins croisés, grands sentiments, luttes politiques, sacrifice, large palette de caractères, d’ambiances, d’univers. Le personnage de Lisander, peintre devenu photographe et son univers milanais truculent et haut en couleur, porte en lui les ressorts de la comédie légère à l’italienne.
  • vous avez une âme de romantique au fond, et le lyrisme ne vous fait pas peur ; ce roman a du coeur, il n’est pas exempt de défauts et de maladresses, mais il est porté par une narration à la fois sobre et fluide, mais aussi beaucoup d’énergie et de candeur, à l’image de Colombino, transcendé par l’amour pour sa Vittorina « aux yeux de vache », héros picaresque parti sur les routes de l’Italie à la recherche d’une bénédiction. L’amour est partout dans ce roman. Il peut faire basculer des vies, comme celle de Leda, ballottée par les évènements et guidée par son coeur, à travers les faux-semblants de l’espionnage, et l’amertume de la vengeance.
  • vous appréciez le croisement entre grande et petite histoire : à travers l’itinéraire 4 personnages italiens et leur entourage, de Rome à Milan, de Londres à Montevideo au Brésil, le roman explore les luttes politiques pour l’unification et l’indépendance de l’Italie. On suit le destin de Garibaldi El Diablo, condottiere du XIXe siècle, qui exprime ses idées politique en se battant et qui n’existe que dans la lutte.

Passez votre chemin, en revanche, si vous préférez les romans concis et rapides, l’introspection, les sujets actuels. J’ai trouvé à certains moment la lecture un peu longuette, mais jamais lourde. On passe d’un personnage à l’autre et le récit, qui mène de front les 4 vies, rythme suffisamment le roman pour ne pas nous lasser. Avec un pavé comme celui-là, une familiarité se crée avec les personnages, que j’avais plaisir à suivre un peu chaque soir. J’ai aussi été soulagée d’avoir fini, car la pile de bouquins qui m’attendait menaçait de s’effondrer !!!

justine3Les folles espérances par Alessandro Mari. Albin Michel, 2015.